Êtes-vous tombé dans le piège du développement personnel ?

piege-devperso
3.3
(4)

Est-ce que ça vous arrive de faire semblant que tout va bien alors que c’est loin d’être le cas ?

Est-ce que ça vous arrive d’essayer de chasser une émotion désagréable, de faire comme si elle n’était pas là ?

Par exemple, vous vous sentez triste ou inquiet et ce n’est pas ce que vous voulez. Vous avez envie d’être positif, de voir la vie du bon côté. Le bonheur ça se décide, ça vient de l’intérieur et c’est ce que vous souhaitez bien sûr : être heureux. Alors, vous essayez de vous débarrasser de ces émotions.

Peut-être faites-vous comme si elles n’étaient pas là. Vous vous mentez à vous-même et aux autres. Ou alors, vous essayez de vous distraire, vous faites autre chose dans le but de ne plus penser à ce qui vous préoccupe. Ou alors, peut être faites-vous en sorte de boire un peu (ou beaucoup) d’alcool histoire d’apaiser ces sentiments désagréables, de les faire taire.

Ça marche un moment oui, ça soulage un coup. Mais est-ce que ça fonctionne à long terme ? Est-ce que ça résout vos problèmes ?

Les émotions et les pensées que vous essayez de refouler ne finissent-elles pas par revenir à un moment ou à un autre ? 

J’ai encore une question pour vous :

Est-ce que vous faites des efforts dans le but de vous sentir bien ? Est-ce que vous cherchez activement le bonheur ?

Peut-être que vous lisez toutes sortes d’informations sur le développement personnel. Peut-être que vous essayez toutes sortes de techniques. Celles-ci vous apportent un soulagement. Et puis un peu de temps passe et ça marche plus vraiment. Vos douleurs, vos problèmes reviennent.

Hop, il vous faut une autre technique, une nouvelle formation. De nouveau vous avez un soulagement temporaire et puis ça recommence. La souffrance est de retour.

Je sais ce que c’est. Ces mots ne viennent pas du ciel. Ils sont tirés de ce que j’ai vécu il y a quelques années.

Après avoir connu de grosses difficultés, j’ai voulu améliorer ma vie et je me suis tournée vers le développement personnel. J’ai étudié la loi de l’attraction, la psychologie positive, etc. C’était très intéressant. Mais, les problèmes ont commencé quand j’ai cherché activement à me sentir bien, à penser positivement pour attirer le positif.

Cela m’a conduit à essayer de refouler l’anxiété que je vivais (entre autres). Plus je chassais les sensations d’anxiété que je ressentais, plus celles-ci revenaient en force. J’ai fini par faire des crises d’angoisse ! Et plus cela allait, plus je me sentais coupable de ne pas réussir à me contrôler, à juste être heureuse.

Ma vie devenait toujours plus restreinte, ma zone de confort toujours plus petite car je faisais en sorte d’éviter les situations qui pouvaient me stresser.

Heureusement, j’ai découvert d’autres approches et j’ai compris que j’étais tombée dans un piège dangereux. J’ai changé complètement de vision sur le bonheur, sur les émotions et les pensées négatives. J’ai appris de nouvelles aptitudes qui m’ont vraiment permis de changer de vie.

Aujourd’hui je suis sereine et véritablement heureuse. J’ai une vie vraiment épanouissante et j’ai réalisé plusieurs rêves que je n’aurais même pas cru possibles à l’époque.

La même chose est possible pour vous :

  • Arrêter de lutter
  • Cesser de vous prendre la tête
  • Pouvoir mettre votre énergie plutôt dans ce qui vous tient vraiment à cœur
  • Améliorer votre vie
  • Réaliser vos rêves
  • Et trouver un bonheur authentique

Laissez-moi vous montrer comment y parvenir.

Étape 1 : Comprendre le piège

comprendre-piege

Lorsqu’on s’intéresse au développement personnel, on entend beaucoup parler de la loi de l’attraction et de la psychologie positive. Ces approches nous enseignent que le positif attire le positif. Si on ressent des émotions positives, si on pense positivement, on attire ce qu’on souhaite dans sa vie. On nous dit que nos pensées créent notre réalité.

D’accord. Mais c’est dangereux. Ce discours contient un gros piège.

Il conduit à croire que vous pouvez maîtriser vos pensées et ce que vous ressentez. Pire que ça, il pousse à penser qu’il FAUT les contrôler. Si vous croyez cela, vous risquez fortement de chercher à lutter contre vos pensées et vos émotions négatives.

Et là c’est la catastrophe.

Par exemple, vous vivez une rupture amoureuse. Vous vous sentez triste suite à cette séparation. Vous aimeriez être heureux, avoir enfin une belle histoire, alors vous faites en sorte de rester positif. Vous vous montrez enjoué, vous donnez le change. Mais tout cela est simulé. Vous refoulez la tristesse.

Comment allez-vous faire votre deuil ? Pour faire celui-ci vous devrez bien à un moment donné ressentir cette tristesse qui est normale, inévitable. Faire comme si elle n’existait pas ne fait que la repousser un peu, avant qu’elle revienne en force. Vous gaspillez votre temps, dans une lutte perdue d’avance.

Je ne dis pas que la loi de l’attraction et la psychologie positive sont inutiles. Je dis simplement qu’il faut avant tout éviter ce piège. Il faut commencer par accepter ses émotions et ses pensées négatives si vous voulez aller de l’avant.

D’autre part, si vous combattez une émotion négative, l’énergie que vous dégagez est une énergie de lutte. En quoi cela vous permettrait-il d’attirer du positif ?

Plus vous essayez de lutter, plus vos émotions et vos pensées désagréables vont s’amplifier.

Tout ce à quoi l’on résiste persiste et tout ce que l’on embrasse s’efface – Carl Jung.

Mais alors s’il ne faut pas lutter, que faut-il faire ?

Nous voyons ça tout de suite.

Étape 2 : Accepter ses pensées négatives

accepter-pensées

Vous ne contrôlez pas vos pensées.

Je sais je sais ce n’est pas ce qu’on a l’habitude de croire.

Je ne dis pas que nous avons zéro maîtrise sur nos pensées. Nous en avons un peu. Mais jamais un contrôle total. Si nous pouvions vraiment maîtriser nos pensées et ce que nous ressentons, nous nagerions tous dans le bonheur en permanence vous ne croyez pas ?

Si vous n’êtes pas convaincus, faites l’exercice suivant :

Fixez l’image ci-dessous et voyez si vous arrivez à arrêter de penser à quoi que ce soit pendant 2 minutes. Durant 2 minutes, essayez d’empêcher toute pensée de vous venir à l’esprit. Surtout des pensées à propos d’un éléphant rose.

Pas facile n’est-ce pas ?

Le simple fait de vouloir ne plus penser à quelque chose vous oblige à garder cela dans un coin de votre tête justement pour vous souvenir de ne pas y penser !

Juste entre vous et moi, vous êtes un être humain, c’est normal d’avoir des pensées négatives. C’est juste le fonctionnement naturel de votre cerveau ! Vous n’avez pas à vous sentir fautif.

Selon une étude scientifique parue en 2020, nous avons plus de 6’000 pensées chaque jour. Une majorité d’entre elles sont tout-à-fait inutiles, répétitives ou fausses. Notre cerveau est ainsi, c’est une machine à mots.

Et maintenant, je vais vous dévoiler l’information la plus importante :

On se trompe de problème. Le problème n’est pas d’avoir des pensées négatives. Le problème c’est de les considérer comme étant une vérité absolue.

En tant qu’être humain vous avez tendance à accorder trop d’importance à vos pensées. À trop vous y fier. À croire que celles-ci délivrent un message, qu’elles méritent toute votre attention.

Nous avons tous les jours des pensées totalement inutiles, dérangeantes, dévalorisantes et insensées.

Ce qu’il faut faire c’est simplement prendre de la distance avec celles-ci.

Observez-les en pleine conscience. Constatez qu’il ne s’agit que d’une suite de mots, rien de plus.

Vos pensées ne sont pas des ordres à suivre, elles ne sont jamais une menace (aussi dérangeantes et négatives qu’elles puissent être). Ce ne sont que des mots qui traversent votre esprit.

Ne gaspillez pas votre énergie à lutter contre cette machine à parole. Prenez simplement note qu’il ne s’agit que de mots, d’une interprétation et non de la réalité.

Faites cela avec les jugements, les reproches que vous vous adressez. Ce genre de pensées n’est jamais utile.

Laissez-moi vous donner un exemple :

Jean a souvent des pensées du type : “je suis nul”. Il se laisse emporter par celles-ci, il renchérit :

  • “C’est vrai je n’ai pas réussi à finir le projet X à temps au travail et puis hier j’étais stressé et je me suis encore disputé avec ma femme, quel incapable dans tous les domaines”.

Puis, il réalise :

  • “Ah non je ne dois pas penser ça. Il faut que je sois positif”.

La prochaine fois que la pensée “je suis nul” se présente, il se sent coupable. Et voilà il n’arrive même pas à avoir une bonne image de lui-même. Résultat, il se sent encore plus nul. Alors il essaie de rassurer et de combattre cette pensée. Il argumente avec lui-
même :

  • “Non, non je ne suis pas nul j’ai réussi à faire ça ou ça et je suis doué dans tel domaine”.

Jean se fatigue pour rien. La pensée reviendra.

Les choses seront différentes, si la prochaine fois qu’il a cette pensée, Jean constate plutôt qu’il ne s’agit que d’une suite de mots qui ne représente en rien la réalité. Il se dit :

  • “Ah tiens mon esprit produit cette pensée. Ok j’en prends note.”

Et il continue sa vie. Ce sera bien plus bénéfique pour Jean.

Et pour vous aussi, si vous faites de même.

Étape 3 : Accepter ses émotions négatives

accepter-emotions

Une nouvelle fois, vous êtes un être humain. Nous sommes constitués pour ressentir tout un panel d’émotions, y compris des émotions négatives. Cela fait partie de notre existence. La vie ne peut pas être juste une succession de moments de plénitude.

Si nous vivons assez longtemps, nous avons tous à affronter à un moment donné, le deuil d’un être proche, une séparation, des déceptions, etc. Comment voudriez-vous traverser cela sans rien ressentir de désagréable ?

Il n’y a pas de lumière sans ombre. Les émotions négatives permettent de ressentir les émotions positives. Si vous n’aviez jamais ressenti la tristesse, comment sauriez-vous ce qu’est la joie ?

Comme nous l’avons vu ci-dessus, essayer d’éviter les émotions ne fera que les faire revenir encore plus fortes. 

La meilleure chose à faire c’est d’accepter ces émotions, les observer et les vivre avec bienveillance.

Pour faire cela : observez vos sensations avec curiosité. Faites comme si vous étiez un scientifique, comme si vous les découvriez pour la première fois. Observez ce qu’il se passe dans votre corps en pleine conscience et non avec votre mental.

Faites un balayage corporel, remarquez votre respiration, où est-ce que vous avez mal, où est la sensation la plus dérangeante, comment est-elle ? Observez vos pensées aussi et les jugements que vous pourriez avoir quant à ce qu’il se passe et souvenez-vous qu’il ne s’agit que de mots. Prenez note de ce qu’il se passe (par exemple vous avez les mains moites, une boule à l’estomac, le cœur qui bat vite, les mains qui tremblent, les mâchoires qui se crispent, etc.). Et laissez les sensations exister.

Cela permet de voir l’émotion telle qu’elle est réellement, effrayante à première vue mais pas dangereuse et pas si terrible au final.

Lorsqu’on est pris par l’émotion on a tendance à croire que c’est la fin du monde. Notre mental émet toutes sortes de jugements à propos de ce qu’il se passe. Alors qu’en observant simplement vous constaterez que ce n’est pas si redoutable. Nous ressentons tous des émotions négatives et personne n’en meurt.

Prenons l’exemple de Paulette.

Paulette est inquiète, plusieurs choses ne vont pas dans sa vie en ce moment. Régulièrement, elle ressent des sensations désagréables d’anxiété : son cœur se met à battre plus vite, elle transpire, elle a la gorge nouée, elle a une forte envie de se lever, de sortir de là.

Elle déteste ces sensations alors elle lutte contre elles. Elle essaie de les refouler. Donc, dès que son cœur se met à battre un peu plus vite, elle se dit “ça y est, ça recommence” et elle panique. Le résultat est que ces sensations s’amplifient, elles deviennent plus fortes et plus fréquentes.

Si la prochaine fois Paulette accepte ces sensations, les observe en pleine conscience et prend note de ce qu’il se passe avec bienveillance, l’anxiété aura beaucoup moins d’impact sur elle.

Alors, soyez bienveillant envers vous-même, autorisez-vous à ressentir ce que vous ressentez. Simplement.

Voyons maintenant la dernière étape.

Étape 4 : Passer à l’action

Une fois que vous ne gaspillez plus votre énergie dans des luttes perdues d’avance, vous pouvez mettre votre attention sur la seule chose que vous pouvez vraiment contrôler : vos actes.

Le but est de passer à l’action pour améliorer votre vie. Qu’est-ce qu’il vous plairait d’accomplir ? Qu’est-ce qui est important pour vous ?

Demandez-vous quelle est la plus petite action, la chose la plus facile que vous puissiez faire pour aller dans ce sens, dès aujourd’hui.

Être positif ce n’est pas refouler tout ce qui est négatif et faire semblant que la vie est parfaite dans le meilleur des mondes. Être positif c’est choisir où vous mettez votre attention. 

Une fois que vous avez appris à accepter vos émotions et vos pensées négatives, vous pouvez vous concentrer sur le positif. Et vous pouvez mettre en place des changements qui vous tiennent à cœur.

Les 4 étapes pour atteindre un véritable bonheur sont décrites ici rapidement. Vous pouvez les trouver de manière plus détaillée et avec plusieurs exercices en téléchargeant mon guide offert : Comment être vraiment heureux (sans faux-semblants).

Et maintenant

mini_et-maintenant

Voilà nous avons vu dans quel dangereux piège peut vous conduire le fait de vouloir maîtriser vos pensées et vos émotions. Vous avez appris comment l’éviter.

Si vous commencez à accepter davantage et à cesser cette lutte, vous verrez que les émotions et les pensées négatives auront moins d’impact sur vous. Vous en aurez une vision différente, plus sereine. Peu à peu, vous pourrez arrêter de dépenser votre énergie dans des stratégies de fuite et plutôt mettre en place des changements bénéfiques pour votre vie.

Est-ce que c’est facile ?

Non. Je ne vais pas vous mentir. Accepter des émotions ou des pensées dérangeantes peut être effrayant et déstabilisant. Mais cela en vaut la peine.

Les routes les plus difficiles mènent aux plus belles destinations.

Cela vous permettra d’acquérir des aptitudes précieuses qui vous serviront toute la vie. Vous serez plus forts psychologiquement. Vous pourrez affronter vos peurs, aller de l’avant, mettre en place des actions qui vous auraient trop effrayé auparavant. C’est la clé pour vous construire une vie vraiment épanouissante.

Imaginez, commencer à réaliser vos rêves, à pouvoir faire tout ce que vous souhaitez. Vous sentir serein et épanoui dans votre quotidien. Ça donne envie non ?

Alors, soyez attentif, la prochaine fois que vous vous surprenez à lutter contre une émotion qui vous dérange, à faire comme si, souvenez-vous de cet article. Essayez de juste observer ce qu’il se passe et d’y être ouvert.

Un bonheur authentique est à la clé.

Cet article a été rédigé par Nadia du site www.leveritablebonheur.com.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage :) !

Print Friendly, PDF & Email

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté 3.3/5 pour 4 vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

Êtes-vous tombé dans le piège du développement personnel ?
The following two tabs change content below.
Nadia
Ce que j’ai découvert sur le bonheur et sur la gestion des émotions a changé ma vie. Maintenant j’aimerais changer la vôtre. Mon site a pour seul but de vous aider à cesser de lutter inutilement, à vous construire une vie pleine de sens et à atteindre enfin un bonheur authentique.
Nadia
Derniers articles par Nadia

Laisser un commentaire

Merci d'avoir choisi de laisser un commentaire, vos commentaires seront modérés conformément à notre charte de commentaire.

Votre commentaire peut ne pas être affiché immédiatement, il pourra alors être publié après validation par l'administrateur.