3 raisons insoupçonnées de changer son alimentation

Changer-son-alimentation

Et si notre alimentation avait une fonction bien plus importante que d’agir sur notre poids et notre physique ?

Si changer d’alimentation vous permettait de vous retrouver avec vous-même ? De gagner en confiance en vous, d’augmenter votre clarté d’esprit, d’améliorer votre productivité, d’augmenter votre niveau d’énergie et de bonheur (les deux étant liés) ? De voir plus clairement votre mission de vie, et enfin, d’être connecté à votre conscience supérieure et vos intuitions, la changeriez-vous ?

Parce que changer son alimentation, c’est bien plus que tout cela. C’est comprendre que ce que l’on met dans notre bouche, ce que l’on mange, a énormément d’impact sur notre quotidien. Cela agit sur qui nous sommes, certes, physiquement, mais également mentalement, émotionnellement, mais aussi spirituellement.

Cet article vous expliquera comment : 

  1. Changer son alimentation, c’est aussi bichonner sa spiritualité
  2. Augmenter vos capacités personnelles en changeant votre alimentation
  3. Changer son alimentation pour se changer soi-même

1 – Changer son alimentation, c’est aussi bichonner sa spiritualité

« Nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine » disait Pierre Teilhard de Chardin, auteur, philosophe et scientifique réputé. En effet, notre monde est régi par l’énergie, tout n’est qu’énergie et vibrations, même les matières les plus solides ne sont que de l’énergie compactée (E = MC²).

Il est impossible de le voir par nos yeux qui nous limitent, mais il très facile de le comprendre lorsque nous prenons en exemple la wifi ou le téléphone :

  • Comment un appareil mobile (smartphone) peut-il retransmettre à une autre personne qui se trouve à 10 000 kilomètres de nous, ce que nous sommes en train de lui dire sans même qu’il y a un fil qui les connectes ? Grâce aux ondes et aux vibrations.
  • Comment la wifi ou même le Bluetooth peut-il connecter un appareil à un autre, encore fois, sans qu’il y ait de connexion physique ? Grâce à l’énergie, aux ondes et vibrations.

Les cellules de notre corps fonctionnent également sur des vibrations. Plus ces vibrations sont élevées, et plus elles sont connectées à l’intelligence universelle (appelée aussi Dieu, la source ou encore d’autres façon suivant les croyances), mais à l’inverse, si les cellules ont une vibration très basse, elles sont complètement déconnectées de l’intelligence universelle et fonctionnent complètement à l’envers.

Le taux vibratoire

Chaque lieu, chaque objet, chaque personne, chaque chose, dispose de ce qu’on appelle un taux vibratoire (niveau d’énergie) propre à lui-même et mesurable par les unités Bovis. C’est ce qui va différencier les capacités d’une personne à l’autre, ce qui va différencier le ressenti d’un lieu à un autre, d’un objet d’un autre ou encore toute chose d’une autre.

Les aliments ont donc également un taux vibratoire différent suivant comment ils ont été cultivés. Un aliment cultivé d’une façon qui se rapproche le plus du naturel, un aliment biologique par exemple, n’aura pas du tout le même taux vibratoire qu’un aliment conventionnel et rempli d’engrais et de produits chimiques.

Mais au-delà de simplement impacter notre santé à cause des produits et engrais chimiques, le taux vibratoire d’un aliment va également impacter notre taux vibratoire à nous. Et oui, le corps s’ajuste en permanence en fonction de ce qu’il reçoit. Plus l’on se nourrit d’aliments avec une vibration très basse, plus nous prenons le risque d’être en mauvaise santé, et en plus, de faire complètement chuter notre taux vibratoire.

Et si notre taux vibratoire chute, c’est tout qui chute. Santé, conscience, énergie, bonheur, harmonie, joie, intuitions, foi, capacités physiques et mentales et j’en passe, seront complètement en difficulté.

2 – Changer son alimentation pour augmenter ses capacités personnelles

Une fois carencée et baignant dans des déchets, une cellule ne peut plus faire son « travail » comme elle le devrait. C’est là où le mauvais sens prend place.

Le mauvais sens, c’est aller à l’encontre de la vie. C’est la haine, la peur, la tristesse, le doute, les conflits, les guerres, les violences, les maladies, l’inconscience, les idées noires et destructives.

À l’inverse, le bon sens c’est la santé, c’est des idées claires, créatives et constructives, c’est la foi, la paix, l’amour, la réussite, la confiance en soi, la joie, l’abondance et une conscience très élevée.

Essayez donc de mettre du gasoil dans une voiture essence, vous vous en doutez, elle ne va pas rouler très longtemps. Elle broutera, fumera blanc et finira par caler et ne plus redémarrer. À la même image qu’une voiture, en apportant au corps un carburant qui n’est pas celui qu’il est censé recevoir, le corps ne pourra pas « rouler » très longtemps.

Il n’aura que très peu d’énergie (le corps broutera), il finira par faire de violentes crises d’élimination (il fumera blanc), comme des allergies, des selles liquides, du psoriasis, de l’eczéma ou encore d’autres.

Il finira par rendre son hôte dépressif et négatif et fera peut-être par la suite une crise d’épilepsie, un Alzheimer ou une autre maladie dégénérative (il calera plusieurs fois), qui seront le résultat d’un dysfonctionnement du corps, qui ne pourra plus éliminer les déchets accumulé, et qui s’accumuleront dans le sang et le cerveau.

Puis il finira par complètement ne plus redémarrer, et s’éteindra sous des souffrances qui n’auraient pas eu lieu si son carburant, son alimentation, avaient été changés bien avant.

Comme déjà dit plus haut, changer son alimentation impacte bien plus que notre poids et notre physique. C’est véritablement se métamorphoser pour augmenter son potentiel, pour réactiver son ADN et s’en servir pour améliorer notre vie.

Réactiver son ADN et son potentiel

Changer son alimentation c’est réactiver son ADN. L’ADN, c’est ce qui fait de nous ce que nous sommes, c’est ce qui façonne notre personnalité, ce sont nos traits de caractère et nos capacités, mais aussi ce qui nous différencie des autres.

Il est directement relié à notre niveau de conscience, et qu’est-ce qu’un niveau de conscience ? La conscience, c’est notre perception des choses qui nous entourent et également la perception et la compréhension du monde dans lequel on vie, c’est un taux vibratoire.

Il existe différents niveaux de conscience. Par exemple, un animal est dans un état simple de conscience, il est capable d’aller chercher la balle que vous lui jetez ou d’aller à son panier si vous lui demandez. Il réagit en fonction du monde extérieur, mais n’est pas capable de regarder son monde intérieur. Il sait qu’il est à un endroit sans vraiment le savoir.

Ce qui différencie les humains des chiens par exemple, c’est que nous sommes capables de regarder notre monde intérieur, nous sommes dans ce que l’on appelle un état de conscience de soi.

Seulement, il existe plusieurs niveaux de conscience qui nous mènent toujours plus haut, que l’on appelle le degré de conscience supérieur, la conscience divine ou encore appelé la conscience cosmique.

Quant au degré de conscience le plus bas, c’est un degré de conscience simple, la conscience dicte comment une personne vit. Elle est complètement différente du niveau d’intelligence, vous pouvez trouver des personnes très intelligentes, mais pour autant très peu consciente. Ou encore des personnes très jeunes, beaucoup plus conscientes que des personnes plus âgées.

Notre niveau de conscience va dicter toute notre vie et sa qualité, il va définir la qualité de nos pensées, nos hobbies, nos envies, notre contribution au monde et bien d’autres facteurs. Et le principal facteur qui agit sur lui, c’est que l’on mange.

3 – Changer son alimentation pour se changer soi-même

Changer son alimentation c’est prendre part de toutes ces informations et les intégrer, puis s’en servir pour évoluer. Comme dit plus haut, ce que l’on mange a directement le pouvoir de nous élever ou de nous rabaisser.

Chacun est libre de bien sûr faire ce qui lui fait envie, mais qui d’entre nous n’a pas envie d’avoir une vie épanouissante et un état de joie et de bonheur constant malgré les difficultés qu’il peut rencontrer tout au long de sa vie ?

Nos choix alimentaires agissent aussi sur nos pensées et notre mental dans sa globalité, car l’intestin est directement relié au cerveau par un nerf, que l’on appelle le nerf vague. Dans l’intestin se trouvent des millions de neurones, semblables à celles que nous avons dans le cerveau, et sont directement reliés par le nerf vague aux neurones présentent dans le cerveau. Autrement dit, ce qui se passe dans l’intestin influence sur notre mental.

C’est d’ailleurs ce phénomène qui explique qu’une personne sous la peur peut avoir par exemple, des maux de ventre. C’est aussi ce qui explique que la maladie de Parkinson pourrait commencer d’abord dans l’intestin, suivant de récentes études, en créant des protéines que l’on appelle des « amyloïdes » et qui s’agglutineraient au niveau des neurones intestinaux, comme une grappe de raisin.

Ce sont les mêmes protéines que l’on retrouve dans le cerveau de personnes atteintes de maladies neurodégénératives. D’après cette étude, les protéines sont présentes dans l’intestin à cause d’une consommation de mauvaise nourriture, parfois près de 10 ans avant de se diffuser dans le cerveau. L’intestin et le cerveau étant liés cela expliquerait leurs présences autant dans l’intestin que dans le cerveau.

Changer son alimentation implique-t-il de complètement arrêter tous les petits plaisirs qui nous font envie ? Je ne pense pas. Mais plutôt de simplement savoir comment bien s’alimenter et en conscience, puis ensuite l’adapter dans son quotidien, en s’autorisant de temps en temps ce qui peut nous faire plaisir.

Cet article “3 raisons insoupçonnées de changer son alimentation” est un article invité de Anthony Yvars, du blog “Le régime sans régime”.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage smile

The following two tabs change content below.
Anthony Yvars
Je m’appelle Anthony Yvars et je suis l’auteur du blog : le régime sans régime. J’ai créé ce blog dans le but de partager mes capacités, afin de les mettre au service de personnes qui en ont besoin. Mettre l’alimentation à son service à notre époque, c’est un peu comme faire une mise à jour et passer à la dernière version d’Apple quand on est encore sous Windows 95, c’est un choix.
Anthony Yvars

Derniers articles par Anthony Yvars (voir tous)

2 Commentaires

  1. Fatimata

    Bonjour,
    Article pertinent qui met en exergue le lien entre l’alimentation et le bien-être.

    Beaucoup d’éléments ont été énoncés sur l’alimentation et je permets d’ajouter une sorte d’ouverture à cet article :
    – la façon de consommer est aussi à remettre en question. Doit-on toujours manger à des heures précises ?
    – Qu’apporte le jeûne intermittent dans notre façon de consommer ?
    – Comment savoir si on mange par habitude, par émotion ou par devoir ?

    Toute cette analyse supplémentaire à la vôtre pourrait amener chaque personne à une alimentation équilibrée et saine.

    1. Anthony Yvars

      Bonjour Fatimata et merci de ton retour sur l’article et les ajouts que tu y a apportés.

      Pour t’apporter ce que je pense également, manger à des heures précises n’est pour moi pas une obligation, simplement par le fait que le corps n’est pas réglé comme une horloge et par le fait que l’on devrait manger simplement quand il nous le réclame, autrement dit quand on a faim.

      Concernant le jeûne intermittent ou le jeûne en règle générale, je trouve cela très intéressant. On sollicite tellement notre corps aujourd’hui, qu’on ne lui laisse plus le temps de se réguler par des moments où justement on ne va rien lui apporter à manger. D’ailleurs, au niveau spirituel également, le jeûne à de véritables points positif en nous permettant d’élever notre conscience et d’atteindre plus de sagesse.

      En effet, reconnaître pourquoi on mange permet certainement de mieux manger. À chacun de faire un travail sur soi afin de comprendre s’il mange par habitude, par émotion ou par devoir. Personnellement, si je ressens le besoin de manger alors que je n’ai pas forcément faim, c’est souvent l’ordre d’une émotion.

      Par devoir et habitude serait le fait que je mange toujours aux mêmes heures sans pour autant avoir faim.

      Merci encore pour ton retour :-)

      Belle journée à toi,

      Anthony

Laisser un commentaire

Nous sommes heureux que vous ayez choisi de laisser un commentaire. Merci de garder à l'esprit que les commentaires sont modérés conformément à notre Police de commentaire. Votre adresse mail est requise mais ne sera pas publiée.

CommentLuv badge