L’autohypnose : l’outil pour atteindre vos objectifs

autohypnose
4.7
(13)

“Ayez confiance en votre inconscient. Il en sait bien plus que vous.” – Milton H. Erickson

Avez-vous déjà cherché en vain vos lunettes sur votre nez, ou bien vos clés dans vos poches ? Avez-vous déjà été absorbé par une tâche, au point où vous n’entendiez pas cette personne qui vous a appelé pour la 5e fois ?

Tous ces phénomènes mystérieux sont des états modifiés de conscience. Ce sont des moments où notre inconscient s’est manifesté alors que notre conscience était préoccupée par autre chose.

L’inconscient et le conscient

L’inconscient c’est cette boîte noire qui gère la plupart de nos comportements appris, nos fonctions vitales et nos émotions. C’est ce qui fait que nous n’ayons pas à réfléchir à poser un pied devant l’autre pour marcher, ou bien à réfléchir pour respirer. Mais c’est aussi cet inconscient qui génère cette anxiété, ou cette tristesse dont l’origine nous échappe.

D’un autre côté, il existe le “conscient”. Ce conscient c’est nous, ou plutôt l’image que nous percevons de nous-mêmes, notre personnalité. C’est notre esprit logique et rationnel, notre volonté et ce qui nous permet d’agir dans le monde.

Malgré cela, le conscient n’est que le sommet de l’iceberg. Pour vous donner une image, le conscient est comme l’interface de votre ordinateur ou de votre téléphone, tandis que l’inconscient représente le système d’exploitation et tous les programmes invisibles qui tournent en fond.

Le conscient est d’ailleurs peu de choses à côté de l’inconscient. Avez-vous déjà essayé de vous empêcher spontanément d’avoir un fou-rire, d’éternuer ou d’avoir mal ? Cela ne marche pas vraiment, tout simplement parce que nous n’avons pas le contrôle dessus.

C’est également le cas de tous ces comportements où nous disons “Je ne peux pas m’empêcher de …”. Cette part en nous qui répète les mêmes comportements bien que nous sachions les conséquences négatives d’agir ainsi.

Pour résoudre les éventuels “bugs” dans le système il est donc nécessaire de s’adresser à l’inconscient. Il existe d’innombrables méthodes pour nous y connecter, l’une des mieux connues aujourd’hui est l’hypnose.

L’hypnose, une porte vers l’inconscient

porte-inconscient

L’hypnose a été utilisée depuis la nuit des temps, sous des formes variées. On la retrouve en Egypte ancienne, chez les Grecs et les Romains ; des sanctuaires où une médecine mêlant interprétation des songes, passes magnétiques et transes chamaniques étaient utilisées pour provoquer des états modifiés de conscience.

L’hypnose a ensuite traversé l’histoire comme une technique ésotérique, utilisée dans les spectacles de magie ou par quelques scientifiques (James Braid, Jean-Martin Charcot…) qui ont tenté d’expliquer le mystère de cet état de conscience particulier.

Il faudra attendre les années 50, grâce au psychiatre Milton Erickson, pour que l’hypnose dite Ericksonienne devienne une thérapie à part entière, capable de soulager la douleur (et diminuer le recours aux médicaments et à l’anesthésie), les troubles anxieux et la dépression, l’arrêt du tabac et les addictions en général. À travers les méthodes qu’il développe, il appelle l’état de transe hypnotique, cet état de conscience modifié généré par l’hypnose.

Avec le développement des méthodes d’imagerie médicale et des neurosciences, les effets de l’hypnose sur le cerveau sont de mieux en mieux compris. C’est en effet un état d’hyper-réceptivité où les mots ont alors une influence sur notre perception de la réalité.

L’hypnose médicale est à présent enseigné dans les facultés de médecine et de nombreux professionnels de santé (médecins, dentistes, infirmières, sages-femmes, psychologues…) s’y forment chaque année. Elle est utilisée principalement dans les hôpitaux et cliniques pour apaiser les douleurs et en complément d’anesthésie.

Les mythes concernant l’hypnose

De part la méconnaissance du public sur l’hypnose et la confusion avec l’hypnose de spectacle, certains mythes persistent encore dans l’esprit de beaucoup de personnes. Nous allons en faire rapidement le tour

1. “Tout le monde n’est pas réceptif à l’hypnose

Comme nous l’avons vu précédemment, tout le monde a vécu à un moment ou à un autre, un état modifié de conscience, cet état de rêverie où nous sommes déconnectés partiellement ou complètement de notre réalité. Ainsi, tout le monde est sensible à l’hypnose. La seule différence tient dans le degré de sensibilité.

Certaines personnes sont particulièrement sensibles à l’hypnose et la transe hypnotique arrive très vite et facilement, tandis que d’autres sont moins réceptives. Ces personnes moins réceptives ont du mal à lâcher prise, sont assez pessimistes et leur conscient a tendance à vouloir tout contrôler.

Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas “hypnotisables”, mais simplement qu’elles auront besoin de plus de temps pour y parvenir. Lorsqu’elles arriveront à se détendre et gagner suffisamment en confiance, alors elles réussiront à glisser dans cet état de transe hypnotique.

2. “Il est possible de rester bloqué en état d’hypnose

Là encore, nous savons que l’hypnose tire partie d’un état naturel (l’état modifié de conscience), on ne peut donc pas rester bloqué dedans. Même si vous êtes très sensible à l’hypnose, il est tout aussi impossible de rester bloqué dans cet état, tout comme il est impossible de rester bloqué dans votre sommeil en vous couchant le soir.

Certaines expériences montrent d’ailleurs que si l’on laisse une personne en état d’hypnose, elle ressortira d’elle-même au bout d’une heure et demi à deux heures. Pour aller au-delà de ces deux heures, un hypnothérapeute doit être présent à côté pour faire perdurer cet état, comme c’est le cas pour les anesthésies sous hypnose dans les hôpitaux.

3. “Il est possible de dire n’importe quoi, ou perdre le contrôle pendant l’hypnose

hypnose-spectacle-controleCette idée fausse provient de l’hypnose de spectacle, car l’on y voit des personnes qui font des choses absurdes comme faire la poule, ou voir des choses qui n’existent pas. L’hypnotiseur donne alors l’impression qu’il a un contrôle total sur ses charmants “cobayes”, rien n’est plus faux.

Tout d’abord, les personnes qui montent sur scène ne sont pas choisies au hasard, seules les plus réceptives dans le public sont sélectionnées pour les besoins du spectacle (quand ce ne sont pas des acteurs payés pour cela).

Ensuite, ces mêmes personnes ont réellement envie de s’amuser sur scène, car votre inconscient ne peut pas vous forcer à faire ce que vous n’avez pas envie de faire. Toutes vos peurs et envies proviennent de votre inconscient, il n’ira donc pas vous mettre dans une situation qu’il déteste. On ne peut pas vous hypnotiser contre votre gré.

L’hypnose est basé sur des suggestions, ce qui, comme leur nom l’indique, ne sont que des propositions d’agir ou de voir les choses d’une autre façon. L’inconscient est libre d’accepter ou de refuser ces propositions, selon ce qui est bénéfique pour vous. Votre bien-être étant au cœur du programme de votre inconscient, il est ainsi impossible pour vous d’agir contre vos intérêts.

4. “Si je me rappelle de tout/je n’étais pas endormi alors je n’ai pas été hypnotisé“.

Ce mythe est aussi assez persistant. L’hypnose n’est pas un sommeil profond ou une gomme à effacer les souvenirs. Selon votre degré de réceptivité, vous retiendrez plus ou moins le contenu de ce qui est dit. Cela ne change en rien l’efficacité de l’hypnose, car dans tous les cas l’inconscient a entendu le message et c’est tout ce qui compte.

L’hypnose n’est d’ailleurs qu’une aide à un processus de changement. L’hypnose ne vous change pas, elle vous offre l’opportunité de le faire, ce qui n’est pas du tout la même chose. Ce n’est donc pas une baguette magique qui va résoudre tous vos soucis, mais un coup de pouce et une prise de conscience vis-à-vis de ce que vous vivez aujourd’hui.

Il existe plusieurs façons de faire de l’hypnose, soit avec l’aide d’un hypnothérapeute, ou bien en autonomie par des séances d’autohypnose guidée ou non.

L’autohypnose : l’outil pour améliorer votre quotidien

L’autohypnose peut se pratiquer de façon “guidée” et “non-guidée”, nous allons voir la différence entre chacune.

L’autohypnose guidée

L’autohypnose peut se réaliser de façon guidée, à l’aide de l’enregistrement d’une séance par un hypnothérapeute. Elle est destinée à corriger un trouble, ou à améliorer une capacité (ex: rééquilibrage alimentaire, arrêt du tabac, meilleure concentration, gestion des émotions…). Vous trouverez d’innombrables audios sur YouTube ou d’autres sites, ainsi qu’en version payante sur des sites spécialisés.

La qualité de ces séances d’autohypnose est variable. Les séances payantes sont souvent de meilleures qualités, car elles sont proposées par des hypnothérapeutes dont c’est le métier, contrairement aux séances gratuites qui peuvent être proposées par n’importe qui.

À savoir également qu’une séance classique dure en moyenne entre vingt et trente minutes. En dessous de quinze minutes il sera plus difficile d’obtenir des résultats efficaces si vous n’êtes pas très réceptif, car l’esprit n’aura pas suffisamment de temps pour passer dans cet état de conscience modifié.

Choisissez également une voix et un fond sonore (souvent des musiques méditatives) que vous apprécierez pour votre séance guidée. Pour mieux vous concentrer, allongez-vous et utilisez un casque ou des écouteurs pour suivre la séance d’autohypnose. Réservez-vous un moment où vous ne serez pas dérangé durant le temps de l’enregistrement.

Vous trouverez des séances MP3 gratuites et de qualité à télécharger via ce lien.

L’autohypnose non-guidée

hypnose-non-guidée

Pour ce qui est de l’autohypnose non-guidée, le processus est différent. C’est vous seul(e) qui entrez dans cet état de conscience modifié, sans aide extérieure. Il existe plusieurs méthodes pour y parvenir, en voici une basée sur la visualisation.

Voici quelques prérequis avant de commencer :

  • Choisissez un moment où vous n’êtes pas fatigué(e). Si c’est le cas vous risquez de vous endormir en cours de route.
  • Mangez léger une à deux heures avant de vous lancer. Vous aurez du mal à vous concentrer si vous avez faim ou si vous avez bien mangé.
  • Préférez un moment et un endroit tranquille, où vous ne serez pas interrompu ni perturbé par des bruits environnants gênants. Mettez votre portable en mode avion et demandez aux personnes de votre foyer de ne pas vous déranger.
  • Tout comme la méditation, asseyez-vous dans une position confortable sur une chaise ou éventuellement sur le bord de votre lit, cela vous évitera de vous endormir. Tenez-vous le dos droit pour faciliter votre respiration. Placez vos mains sur vos cuisses ou dans une position qui ne vous distraira pas.
  • Respirez lentement et profondément. Concentrez-vous une trentaine de secondes sur votre respiration, cela vous aidera à vous concentrer par la suite.

À présent, nous allons faire le tour d’une séance d’autohypnose pour vous détendre. Commencez par préparer une affirmation qui contient votre objectif pour cette séance d’autohypnose. Pour cela utilisez l’une des autosuggestions que nous avons vu avec la méthode Coué.

1. La détente

Concentrez-vous sur les tensions présentes dans votre corps. Pour cela, imaginez que chaque inspiration “aspire” toutes les tensions au niveau des pieds puis que chaque expiration les “relâche” à l’extérieur par l’air expiré.

Ressentez chaque muscle devenir de plus en plus léger et détendu. Puis passez à vos mollets, à vos cuisses, hanches, abdomen, poitrine, jusqu’à ce que vous ayez détendu tous les muscles de votre corps. Vous pouvez également imaginer un filet d’eau qui purifie et apaise chaque partie du corps. Une fois ceci fait, vous pouvez passer à la focalisation.

2. La focalisation

Choisissez dans la pièce où vous êtes, un objet sur lequel porter votre attention. Cela peut être un défaut dans le mur en face de vous, le contour d’une poignée, etc. Tandis que vous continuez à fixer du regard ce point, déplacez votre attention vers vos paupières et répétez-vous mentalement :

“Mes paupières deviennent de plus en plus lourdes. Elles sont si lourdes qu’elles se fermeront toutes seules.”. Continuez à répéter ces phrases toutes les 30 secondes en vous concentrant sur vos paupières.

Ressentez cette lourdeur dans vos paupières, comme si elles étaient attirées par la gravité. Lorsque vos paupières sont sur le point de se fermer, dites mentalement “Je me détends et je laisse faire.”. Vous pouvez passer ensuite à la visualisation.

3. La visualisation

Imaginez à présent que vous descendiez un escalier en décomptant de 10 jusqu’à 1. À chaque pas que vous faites, descendez d’une marche puis respirez profondément en pensant les mots “calme et détendu”.

Une fois arrivé à 1, pensez à présent à un souvenir ou un endroit imaginaire où vous vous sentez calme, heureux et en sécurité. Cela peut-être n’importe où, la plage, un sentier de forêt, un chemin de montagne. Apportez tous les détails à la scène, en incluant tous vos sens.

Si c’est un souvenir rappelez-vous les sensations du vent contre votre peau, les odeurs et les sons environnants. Remarquez tous les jeux de lumière du soleil, les couleurs et l’horizon face à vous. Vous pouvez également embellir ce souvenir en y ajoutant des détails que vous aurez apprécié vivre dans cette scène.

Si des pensées ou émotions vous perturbent, ne cherchez pas à les combattre. Imaginez-les se poser sur un nuage, puis s’éloigner peu à peu à l’horizon. Profitez simplement de ce moment pour vous détendre, puis répétez plusieurs fois avec conviction cette suggestion que vous avez choisie. Par exemple, “Chaque jour et de tout point de vue, je réussis tout ce que j’entreprends.”

Reproduisez cet exercice régulièrement avec la suggestion de votre choix, vous ne devriez pas tarder à en ressentir les effets positifs dans votre vie. Pour sortir de cet état de conscience modifié, remontez simplement l’escalier en comptant cette fois-ci de 1 jusqu’à 10, puis à 10, ouvrez lentement les yeux en vous étirant un peu.

Si vous avez du mal à visualiser pendant l’autohypnose, voici un petit exercice pour vous aider : Entraînez-vous en imaginant tenir dans la main une orange. Ressentez la texture dans votre main, malaxez-la puis souvenez vous de son odeur. Imaginez à présent cette orange épluchée, croquez dans cette orange et dégustez-la. Ressentez la texture de la chair à chaque mastication.

Le mot de la fin

L’autohypnose est un outil pour vous aider à atteindre vos objectifs en tirant partie de vos ressources intérieures. Peu à peu, vous apprendrez à mieux vous connecter à vous-même et à vous faire confiance. Tout comme un muscle : plus vous ferez des séances d’autohypnose et plus vous pourrez approfondir cet état particulier où vos mots deviendront réalité.

Malgré tout, l’autohypnose a ses limites lorsqu’il s’agit de travailler sur des problématiques assez lourdes (deuil, addiction, etc). Dans ces cas-là n’hésitez pas à vous faire accompagner par un hypnothérapeute.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage :) !

Print Friendly, PDF & Email

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté 4.7/5 pour 13 vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

L’autohypnose : l’outil pour atteindre vos objectifs
The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Adam Fartassi
Jeune hypnothérapeute passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel !

1 Commentaire

  1. Michèle

    Lors d’un traitement en chimiothérapie, je redoutais tellement la prochaine session que je voulais interrompre le traitement. Il faut dire qu’il y a 20 ans de cela et que c’est mieux ciblé de nos jours et beaucoup invasif. Bref, je réussissais à poursuivre grâce à la visualisation.
    Merci de me rappeler ce merveilleux outil qu’est l’autohypnose.

Laisser un commentaire

Merci d'avoir choisi de laisser un commentaire, vos commentaires seront modérés conformément à notre charte de commentaire.

Votre commentaire peut ne pas être affiché immédiatement, il pourra alors être publié après validation par l'administrateur.