Comment l’empathie peut-elle sauver vos relations ?

etre-plus-empathique

« L’opposé de la colère n’est pas le calme, mais l’empathie. » – Mehmet Oz

Vous avez forcément déjà entendu parler de l’empathie. On vous a peut-être fait remarquer que vous en aviez trop ou bien à l’inverse pas assez, sans forcément comprendre pourquoi ni comment.

Tout d’abord qu’est-ce que l’empathie ? Et bien c’est la capacité à comprendre et à partager les émotions de quelqu’un d’autre. Être empathique c’est donc pouvoir se mettre à la place des autres, et à comprendre leur sentiments et points de vue même si vous ne connaissez pas leur situation.

Dans toute relation familiale, professionnelle ou amicale une bonne dose d’empathie est nécessaire. Lorsque vous partagez vos difficultés, en général il y a deux types de personnes : celles qui minimisent vos problèmes et vous font regretter d’en avoir parlé, et celles qui cherchent à comprendre ce qui ne va pas et vous aident à voir les choses d’un autre angle.

De même, lorsque vous êtes empathique avec quelqu’un, vous l’aidez à se sentir mieux. Vous l’aidez à trouver une solution à ses problèmes, et vous renforcez votre relation avec cette personne. Vous lui donnez l’occasion rare de pouvoir exprimer ses pensées et ses émotions sans être jugé ni dévalorisé.

C’est pourquoi nous allons voir 8 grandes astuces pour être plus empathique avec vos amis, vos proches et vos collègues :

8 Astuces pour bâtir des relations durables grâce à l’empathie

1. Mettez-vous à la place de la personne

Il est facile de commenter et de juger. De simplement dire « Ce n’est pas si important », « Tu en fais toute une histoire » ou « Je ne sais pas pourquoi tu le prends comme ça ». Malgré tout, essayez de vous mettre à la place de l’autre et de voir à travers ses yeux ses difficultés. Ce qui vous semble être un problème sans importance prend alors une autre dimension. Peut-être que c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’une journée remplie de petites contrariétés, ou bien qu’il se cache d’autres soucis bien plus profonds derrière ce qui paraît être un problème superficiel.

Sans avoir une idée de ce qui se passe dans la vie de l’autre, comment pouvons-nous tirer des conclusions aussi hâtives ? Imaginez que vous êtes cette personne, que vous traversez cette situation dès à présent puis essayez de comprendre les choses de sa perspective. Cela vous aidera à vous connecter avec ses émotions et son point de vue.

2. Faites preuve d’attention et de sollicitude

Lorsqu’une personne vous parle d’un problème personnel, il y a de fortes chances qu’elle ne se sente pas bien et qu’elle ait besoin de votre soutien affectif. Faites preuve d’attention et de sollicitude. « Comment vous sentez-vous ? » pour montrer que vous vous préoccupez de son état. « Je peux faire quelque chose pour vous ? » est un bon moyen de montrer votre soutien. Si vous êtes des amis proches, offrir de parler au téléphone ou de vous rencontrer peut faire une grande différence. S’il/elle est partage votre intimité, faites-lui un câlin et soyez là pour lui/elle.

3. Tenez compte des sentiments des autres

L’un des plus gros problèmes que je trouve dans la communication est que beaucoup de gens ne tiennent pas compte des sentiments des autres. Tenir compte signifie reconnaître l’importance de quelque chose. Par exemple, quelqu’un dit : « Je me sens tellement frustré(e) avec X. » Tenir compte ce sentiment, c’est simplement dire : « Pourquoi es-tu frustré(e) ? » ou « Je suis désolé(e) d’entendre ça. Que s’est-il passé ? »

D’un autre côté, lorsque vous rejetez ou minimisez les émotions de l’autre (« Détends-toi », « Où est le problème ? ») ou que vous cherchez à éviter le sujet ou bien blaguer pour détendre l’atmosphère, vous ne reconnaissez ni ne respectez les émotions de l’autre.
Comprenez que les émotions sont dans une conversation, un moyen de vous connecter aux autres. La façon dont vous réagissez à une émotion déterminera tout simplement si la personne va continuer à partager ce qu’elle ressent avec vous ou bien si elle va se refermer sur elle-même.
Lorsque quelqu’un exprime une émotion comme « Je suis triste », « Je suis en colère » ou « Je suis frustré », reconnaissez l’émotion pour ce qu’elle est. Juste en disant « Je suis désolé que tu ressentes cela », ou bien « Cela a dû être vraiment frustrant » ou encore « Que s’est-il passé ? », vous ferez la différence.

4. Posez des questions

Les questions facilitent la conversation. Lorsque quelqu’un a trouvé le courage d’évoquer ou de partager quelque chose, surtout un problème personnel, poser des questions lui permet d’extérioriser ses émotions.
Pensez à ce que la personne a dit et posez des questions pertinentes. Par exemple, vous avez un/une ami(e) qui vous confie qu’il/elle est sur le point de divorcer avec sa moitié. Poser des questions comme « Que s’est-il passé ? » ou « Est-ce que ça va ? » ou encore « Comment vous en êtes arrivé là ? » peut l’aider à se confier. Cela lui permet aussi de savoir que vous vous intéressez à lui/elle et ainsi en dire plus sur sa situation.
Alors qu’au contraire, si vous faites des phrases bateaux du style « Je vois, j’espère que tu passeras à autre chose » ou « C’est normal de divorcer » ou « Repose-toi bien et prend une pause » non seulement vous ne l’aidez pas, mais aussi vous lui montrez que sa situation ne vous intéresse pas et conduira vraisemblablement à détruire la relation que vous aviez.

5. Devenez un miroir

Vous connaissez la meilleure façon d’arrêter une conversation à l’écrit ? Et bien c’est lorsque quelqu’un prend la peine de vous envoyer 10 paragraphes de texte et que vous lui répondiez avec quelques mots du style « Je vois » ou « D’accord ». C’est terriblement frustrant de partager quelque chose de personnel avec quelqu’un qui en est complètement indifférent. Il n’y a alors pas de résonance, ni de rapport entre vous et la personne.

C’est ici que l’effet miroir entre en jeu. Faire miroir signifie imiter le langage non-verbal de l’autre, ses gestes, sa façon de parler ou son attitude pour créer un rapport avec l’autre. Il ne s’agit pas de « singer » la personne en copiant toutes ses manières de la tête aux pieds, mais plutôt de se connecter à l’autre, de le rejoindre dans ses agissements et lui montrer qu’on le comprend. D’utiliser le même niveau de langage, de parler à la même vitesse, etc.

Plus concrètement, si l’un de vos amis partage avec vous d’un fait personnel, répondez en partageant également une anecdote personnelle. Si celui-ci vous regarde dans les yeux, faites-en de même, et à l’inverse s’il a le regard fuyant ne le fixez pas intensément. Bien entendu, il ne s’agit pas de copier tout le langage corporel sans réfléchir. Simplement d’ajuster votre comportement à celui de l’autre, en parlant le même langage.

6. Ne précipitez pas la conversation

Une erreur assez commune que je remarque lorsque que quelqu’un partage une difficulté, c’est que l’autre personne cherche trop rapidement à arriver à la conclusion. Imaginons que quelqu’un vous dise qu’il vient d’être licencié, puis vous répondez « Je vois. J’espère que tu trouveras du travail bientôt. » Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça me direz-vous ? Tout d’abord, cette personne vient d’être licenciée, elle se sent donc probablement blessée et déprimée. Tout d’abord la chose la plus empathique à faire sur le moment est de comprendre comment l’autre se sent dans cette situation. Deuxièmement, la personne a pu être licencié parce que le marché de l’emploi est saturé. Lui dire « J’espère que tu trouveras un emploi bientôt » ne fait que de remuer le couteau dans la plaie et lui rappellera peut-être son avenir incertain.

A l’inverse, elle se sentira probablement mieux si (a) vous vous connectez à elle, en vous vous adaptant à son état émotionnel du moment et (b) en l’aidant à aller de l’avant avec des questions pertinentes. Dans l’exemple du licenciement, une bonne façon de dérouler la conversation sera de poser ces questions dans cet ordre : « Je suis désolé d’entendre ça. Que s’est-il passé ? » → « Comment te sens-tu là ? » → « Qu’as-tu prévu ? » → (et s’il a prévu de chercher un emploi bientôt) → « Quel type d’emploi cherches-tu alors ? ». Et vous pouvez insérer encore d’autres questions entre celles-ci pendant l’échange.

7. Ne pas juger

Le jugement met rapidement fin à une conversation. De même que les préjugés, c’est-à-dire porter un jugement sur une question (ou une personne) avant de disposer d’informations adéquates. Par exemple, imaginons que votre amie se dispute avec son patron et que vous supposez qu’elle est en tort parce qu’il est son manager et donc qu’il sait mieux qu’elle ce qui doit être fait. Ou encore, parce que votre ami a échoué à ses examens qu’il n’a pas révisé, alors qu’il aurait pu avoir des problèmes familiaux ou autre. La meilleure façon de ne pas se tromper, c’est de ne pas juger l’autre. Laissez à la personne le bénéfice du doute.
Chacun fait de son mieux dans la vie avec ce dont il/elle dispose, alors pourquoi juger et rabaisser les autres ?

8. Soyez émotionnellement disponible

C’est probablement le conseil le plus important évoqué jusqu’ici.
Montrez que vous lui faites confiance et que vous acceptez ses sentiments. Encouragez-la. Faites-lui savoir que quoi qu’il arrive, vous serez là pour elle. Il est important de communiquer ce message : « Je te fais confiance, tu ne fais rien au hasard. Quoi qu’il arrive, je serais là pour toi. » Parfois, les gens n’ont pas besoin de réponses, ni de solutions. Ce dont ils ont besoin, c’est un peu d’empathie et du soutien. Que dans ce monde rempli d’étrangers, de peur et d’incertitude, il y a quelqu’un ici pour les soutenir, sans jugement ni parti pris. Et cette personne, c’est vous.

Comment pouvez-vous appliquer ces conseils dans votre relation aujourd’hui smile ?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage !

The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Jeune étudiant passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel

1 Commentaire

  1. Alexandra

    Bonjour Adam,
    Je viens de lire attentivement votre article, et je le trouve assez pertinent.
    Le fait d’être empathique apporte beaucoup dans la relation, c’est sûr.
    Mais l’empathie permet surtout à celui qui en fait preuve de mieux s’installer dans un bien-être, car l’empathie améliore la confiance en soi et amplifie l’estime de soi pour toutes les raisons que vous avez évoqué dans votre article.

Laisser un commentaire

Nous sommes heureux que vous ayez choisi de laisser un commentaire. Merci de garder à l'esprit que les commentaires sont modérés conformément à notre Police de commentaire. Votre adresse mail est requise mais ne sera pas publiée.

CommentLuv badge