Le leadership : les 5 principes pour devenir un bon leader ?

leadership
4.5
(8)

“Le leadership n’est pas une position ou un titre, c’est un comportement et un exemple à donner.” – Donald McGannon

Qu’est-ce que le leadership ?

Aujourd’hui être un bon meneur, un “leader” est une qualité rare et précieuse. Le leadership est l’art de motiver un groupe de personnes à agir en vue d’atteindre un objectif commun. Dans un cadre professionnel, cela signifie mener des travailleurs et collègues à l’aide d’une stratégie pour répondre aux besoins de l’entreprise.

Mais le leadership tout comme le charisme, n’est pas uniquement l’affaire du monde de l’entreprise ou de l’associatif. Que ce soit pour planifier ses vacances, décider de l’achat d’une maison ou véhicule, quel restaurant réserver… le leadership est un atout de taille. Cela vous permettra de tenir compte des besoins de chacun pour prendre une décision qui satisfera le plus grand nombre.

Toutes les organisations, de la famille aux associations ou multinationales ont besoin d’un leader, car un leader inspire les autres à agir tout en guidant leurs actions. Il doit d’ailleurs avoir une personnalité suffisamment appréciable pour que les autres suivent ses directives, et un sens de l’observation développé pour composer au mieux avec les ressources présentes chez chacun.

Tout le monde peut devenir un leader à son échelle, car il s’agit surtout de cultiver certaines compétences sociales que nous allons découvrir ensemble.

Les 5 principes pour devenir un bon leader

1. Devenez ce que vous aimeriez voir chez les autres

Être un leader implique de montrer l’exemple. Si vous ne pratiquez pas ce que vous prêchez, personne ne vous prendra au sérieux. Cela commence par le fait de suivre les règles que vous voudriez que tout le monde suive. S’il y a un certain comportement que vous voudriez encourager, alors commencez par agir de cette façon à chaque occasion même si les autres ne vous voient pas.

De même, ne montrez pas aux autres que vous outrepassez les directives que vous leur donnez, personne n’aime les passe-droits. N’hésitez pas à proposer votre aide si vous voyez que l’un des membres du groupe est en difficulté, cela montrera que vous êtes attentif aux activités de chacun et cela réduira la distance entre vous et les autres.

Respectez toutes les personnes que vous rencontrez. En tant que leader, vous serez forcément au contact de nombreuses personnes, et certaines avec lesquelles vous n’aurez rien en commun. Tenez compte des contributions de chacun et considérez que tout le monde a des choses intéressantes à dire. Si vous respectez les autres, ils seront plus susceptibles de vous respecter en retour. Votre langage corporel est aussi un atout important, rappelez-vous de sourire et de garder un certain contact visuel lorsque vous discutez.

Reconnaissez vos propres lacunes. Personne n’est parfait, même les leaders. Regardez objectivement vos défauts et prenez les mesures nécessaires pour vous améliorer et devenir meilleur dans votre rôle. Par exemple, si vous avez du mal à gérer votre temps, intégrez des échéances avec des rappels sur votre agenda. Ou si vous avez du mal à communiquer clairement à l’oral, rédigez des mémos écrits de ce que vous souhaitez expliquer aux autres.

2. Soyez ouvert au changement

leadership-ouvert-changement

Le monde évolue, et vos responsabilités également. Ne gardez pas les mêmes routines si vous remarquez que celles-ci sont dépassées, ou qu’elles ne répondent plus à la situation actuelle. Si vous remarquez qu’il vous manque certaines compétences, gardez vous un peu de temps pour vous remettre à niveau et ainsi mieux répondre aux besoins des personnes de votre groupe.

Assumez la responsabilité de vos actes. Si vous faites une erreur, reconnaissez-la. Vous serez plus enclin à être respecté si vous assumez vos erreurs et en indiquant la manière dont vous corrigerez le problème à l’avenir. Vous avez également le devoir de garder une attitude positive, même lorsque les temps sont durs.

Vous n’avez pas à être joyeux constamment, mais montrez aux autres les points positifs dans chaque situation pour leur remonter le moral. Cela vous aidera aussi à prendre du recul et ne pas être submergé par le stress. Si vous vivez une situation difficile, essayez d’identifier 3 aspects positifs par rapport à ce que vous vivez.

N’hésitez pas à demander des critiques constructives sur votre leadership. Demandez des conseils pour améliorer vos compétences actuelles, aux membres de votre groupe, et à vos supérieurs hiérarchiques si vous en avez. En demandant des points précis que vous pourriez améliorer, non seulement vous découvrirez la vision des autres vis-à-vis de vous-même mais vous comprendrez mieux ce que l’on attend de vous. Bien sûr, ne prenez pas tout pour argent comptant et vérifiez auprès de plusieurs personnes si l’on vous fait les mêmes remarques.

3. Tissez des liens avec les autres

La communication est primordiale en tant que leader. Si vous souhaitez que les membres de votre groupe agissent ensemble, vous devez être certain(e) de leur dire clairement et de manière concise ce qu’ils devraient faire. Si votre groupe est trop grand, alors écrivez un mail ou laissez un mémo pour faire passer le message.

Ne pensez pas que les gens comprendront forcément ce que vous attendez d’eux, prenez l’habitude de vérifier si tout le monde a bien compris. Vous devez également être ouvert et honnête dans votre communication, n’essayez pas d’enrober votre discours – même si ce sont des mauvaises nouvelles – car cela provoquera de la confusion et de la frustration sur le long terme.

Prenez l’habitude de connaître les personnes qui vous entourent. Si vous faites partie d’un nouveau groupe, alors prenez un peu de temps pour connaître quelques aspects de la vie de chacun. Invitez-les à parler de ce qu’ils aiment faire, de leurs passions. Écoutez activement ce que l’on vous dit sans chercher à anticiper la discussion ou à interrompre pour donner votre avis. Ce n’est qu’en travaillant à comprendre le point de vue des autres que ceux-ci feront le même effort pour vous comprendre.

Remerciez chacun pour le travail fourni. Tout comme il est important de traiter les autres avec respect, il est tout aussi important de reconnaître l’effort de chacun. Si l’un des membres du groupe a effectué ses tâches de la manière attendue, dites-le lui ! Tout le monde aime les compliments, et cela ne pourra qu’encourager ceux-ci à faire mieux encore.

4. Apprenez à déléguer

leadership-deleguerFaites en sorte également de déléguer les tâches à votre groupe, ne faites pas tout par vous-même. Plutôt que de tout faire, responsabilisez les autres en leur donnant un travail adapté à leurs compétences. D’une part cela leur montrera que vous leur faites confiance, mais aussi cela vous libérera du temps pour faire des choses plus importantes pour vous.

Si vous estimez que les tâches à accomplir dépassent leurs compétences actuelles, n’essayez pas de décrire en détail ce que vous attendez d’eux ou de les micro-manager. Prenez le temps de leur apprendre les compétences nécessaires pour qu’ils puissent accomplir ces tâches par eux-mêmes. Accompagnez leurs progrès et donnez leur des lignes directrices à suivre pour leur permettre de s’améliorer.

Au départ vous trouverez sûrement l’exercice pénible, car le résultat ne correspondra probablement pas à vos attentes, mais imaginez ce travail supplémentaire comme un investissement. Au bout de quelques semaines ou mois, vous serez content(e) de pouvoir compter sur les autres pour faire ces tâches que vous étiez seul(e) à pouvoir faire.

Prenez note des forces et des faiblesses de chaque personne du groupe. En sachant qui est doué dans quel domaine, et qui s’entend bien avec qui, vous pourrez mieux distribuer les responsabilités. Vous saurez quelle tâche déléguer à qui en priorité, de même les personnes à laisser travailler ensemble et celles à séparer.

5. Remplacez la compétition par la coopération

Dans certaines entreprises et même certaines familles, la compétition est souhaitée voire encouragée. Les employés ayant fourni le plus de travail sont mis en avant tandis que les autres sont dénigrés et réprimandés. Le benchmarking salarial a ainsi monté les uns contre les autres, et provoqué nombre de problèmes psychologiques chez les employés qui ont abouti à des condamnations en France. Cette stratégie est aussi appliquée indirectement par certains parents qui comparent les résultats scolaires ou les comportements chez leurs enfants.

Pourtant, la compétition ne favorise que quelques rares élus et n’apporte qu’une piètre performance globale des employés d’après certaines études. Nous connaissons aujourd’hui les effets bénéfiques de la motivation intrinsèque, où faire le travail en question est déjà gratifiant en soi car celui-ci a du sens. Cette motivation augmente quant à elle la productivité et le bien-être de chacun.

Un bon leader n’a donc pas pour vocation à presser son équipe comme des citrons (et se plaindre ensuite qu’il n’y ait plus de jus), mais à mettre en place un environnement coopératif qui conduira à une meilleure efficacité et des relations renforcées. L’important est donc de créer un objectif commun où chacun peut se sentir impliqué et ainsi contribuer à sa réalisation.

Être visible et disponible est essentiel. Rappelez-vous que le leadership ce n’est pas seulement encourager les autres à accomplir leurs tâches, mais aussi à les aider pour développer leurs capacités. Vous devez donc prendre un petit temps pour écouter les préoccupations de chacun, si vous n’avez pas le temps de gérer la situation, ne rejetez pas la demande d’emblée. Programmez cela pour plus tard, lorsque vous aurez plus de temps.

Le mot de la fin

Que vous soyez déjà dans une position de leader ou que vous souhaitiez le devenir à l’avenir, vous devez déjà vous considérez comme tel. Pour y parvenir, il est important non seulement d’apprendre des autres leaders mais aussi de développer les compétences qui feront de vous une personne de confiance.

Cela prendra forcément du temps, mais le jeu en vaudra la chandelle. En devenant un pilier du groupe (vos collègues, amis, famille…), vous pourrez démultiplier les contributions de chacun, et créer un environnement positif où le bien-être et la productivité iront de pair.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage :) !

Pour aller plus loin : L’intelligence spirituelle au cœur du leadership, de Romain Cristofini.

Print Friendly, PDF & Email

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté 4.5/5 pour 8 vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

Le leadership : les 5 principes pour devenir un bon leader ?
The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Jeune hypnothérapeute passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel !

Laisser un commentaire

Merci d'avoir choisi de laisser un commentaire, vos commentaires seront modérés conformément à notre charte de commentaire.

Votre commentaire peut ne pas être affiché immédiatement, il pourra alors être publié après validation par l'administrateur.