L’Économie de décision : Décider moins pour faire plus

« La volonté est essentielle pour accomplir quoi que ce soit d’important. » – Brian Tracy

Avez-vous remarqué que lorsque vous êtes constamment face à de nombreux choix, votre volonté s’épuise, vous vous sentez fatigué et ennuyé ?

La volonté est en effet comme un muscle, plus l’on tire dessus et plus celle-ci s’épuise. Bien entendu, pour continuer sur cette comparaison, tout le monde n’a pas la même résistance à la fatigue qu’elle soit d’origine musculaire ou bien issue de la volonté.  Économiser cette énergie est alors vital pour pouvoir décider au mieux à chaque instant, lorsque votre volonté se fatigue c’est là que vous faites des erreurs ou prenez de mauvaises décisions.

La fatigue décisionnelle est également un frein pour ceux qui souhaiteraient développer de nouvelles habitudes, ainsi vous serez moins performant si vous décidez d’adopter plusieurs nouvelles habitudes en même temps plutôt qu’une seule. Nous en avions déjà parlé dans un article précédent.

Comment alors économiser cette volonté et tirer le meilleur de nos capacités ?

Moins décider, c’est ce que font déjà les personnes à succès

Et bien c’est ce que le psychologue Roy Baumeister, spécialisé en psychologie sociale, a remarqué après avoir analysé le train de vie de nombreux individus à succès. Il a ainsi annoncé que « les personnes qui ont du succès ne prennent pas les meilleures décisions grâce à leur volonté uniquement. Mais plutôt, qu’ils développent des habitudes qui réduisent le nombre de décisions qu’ils doivent prendre quotidiennement et, donc, leur stress diminue aussi.« 

Des personnalités importantes comme Steve Jobs, Barack Obama et Mark Zuckerberg ont justement mis en place des habitudes qui leur ont permis de moins prendre de décisions et de se sentir plus libre dans leur vie de tous les jours. C’est aussi pour cela qu’ils s’habillaient ou s’habillent encore et toujours de la même façon, tous les jours. Barack Obama avec son costume, et Mark Zuckerberg avec son éternel t-shirt gris ou son sweat à capuche.

Fatigue décisionnelle

S’habiller toujours de la même façon, c’est une économie de décision !

Bien entendu, on pourrait aussi dire que ce ne sont que des décisions triviales, et que cela peut donner l’impression que l’on n’accorde aucune importance à son apparence physique.

Pourtant reléguer au second plan sa tenue vestimentaire n’est pas forcément une mauvaise idée. C’est ce qu’à pu constater le présentateur australien Karl Stefanovic, qui s’habillaient constamment de la même façon tandis que sa coprésentatrice changeait quotidiennement de tenues. Les téléspectateurs dans les courriels envoyés à la chaîne ne commentaient que le travail de Karl tandis que sa coprésentatrice recevait souvent des remarques sur sa tenue vestimentaire.

Toutefois, c’est une habitude à double-tranchant, c’est ainsi que le physicien britannique Matt Taylor de l’agence spatiale européenne en a fait les frais. Lorsque celui-ci arbora au lieu de son polo noir habituel, une chemise décorée de dizaines de femmes dénudées pour faire plaisir à une amie qui le lui a offert en cadeau d’anniversaire… ce qui ruina par la même occasion sa réputation de chercheur. Il faut donc absolument se tenir à ses choix.

Réduire ses décisions, c’est l’occasion !

Commencez par remarquer toutes les décisions que vous prenez tous les jours, et notamment celles qui se répètent quotidiennement. Cela peut-être par exemple des décisions sans importance, comme le choix du bol dans lequel vous allez déjeuner le matin, ou bien le moment où vous allez jeter la poubelle dans la semaine. Ou peut-être des décisions plus importantes comme le jour où vous allez rendre visite à votre famille, ou appeler la banque pour suivre le cours d’un dossier.

Une fois que vous avez listé ces décisions qui vous prennent inutilement de l’énergie, faites une deuxième colonne à côté de celles-ci et prenez des décisions sur lesquelles vous ne reviendrez pas.

Par exemple, pour ce qui est du moment où vous viderez la poubelle, vous pouvez décider que ce sera le lundi et le vendredi après-midi à 18 heures, en rentrant du boulot. Une fois que cette décision est fixée, vous n’avez plus à y repenser, vous créerez par la même occasion une routine qui vous permettra de vous libérer de cette prise de décision et accorder votre temps et votre énergie à des décisions plus importantes pour vous.

Même dans les entreprises, si vous êtes entrepreneur, s’encombrer ou encombrer ses salariés de décisions inutiles ne fait que diminuer leur productivité et vous avez tout à y gagner en planifiant à l’avance ce qu’il faut faire et en vous y tenant.

Pour conclure, déjà depuis 1887, le philosophe américain William James écrivait dans son livre « Habitude » : « Plus nous serons capables de circonscrire les détails de notre vie quotidienne aux réflexes de l’automatisme, plus nos facultés d’esprit supérieures seront libérées pour faire correctement leur travail. »

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage smile

The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Jeune étudiant passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel

2 Commentaires

  1. Brigitte

    « S’habiller toujours de la même façon, c’est une économie de décision ! »
    C’est pas bête comme idée :-)

    « Avez-vous remarqué que lorsque vous êtes constamment face à de nombreux choix, votre volonté s’épuise, vous vous sentez fatigué et ennuyé ? »
    Comme c’est vrai, d’où la nécessité de faire une économie de décision.

  2. ICD Fiduciaries

    Un constat très pertinent ! Billet intéressant, merci pour le partage

Laisser un commentaire

Nous sommes heureux que vous ayez choisi de laisser un commentaire. Merci de garder à l'esprit que les commentaires sont modérés conformément à notre Police de commentaire. Votre adresse mail est requise mais ne sera pas publiée.

CommentLuv badge