Comment apprendre à dire non sans culpabiliser ?

savoir-dire-non
4.8
(8)

“Un « non » formulé avec la plus ferme des convictions est bien meilleur qu’un « oui » à peine exprimé pour plaire, ou pire, pour éviter les ennuis.” – M.Gandhi

Avez-vous du mal à dire “non” aux gens ? Mieux encore, savez-vous déjà dire “non” aux autres ?

Je vous fait une confidence : je n’aime pas dire non. Lorsque quelqu’un me sollicite, je préfère dire : “Oui, comment puis-je vous aider ?”. J’agis de cette façon parce que je n’aime pas laisser les gens seuls face à leurs problèmes. Et également parce que je ne souhaite pas non plus décevoir les autres.

D’autant plus qu’au fond de moi-même, j’ai aussi l’impression que dire non revient alors à couper les ponts avec les autres. Et je ne souhaite pas détruire mes relations avec les personnes qui font partie de ma vie.

Donc, je dis oui lorsque je le peux, et à l’inverse je dis non le moins possible.

Les conséquences de ne pas oser dire “non”

Bien que dire oui à tout le monde semble être la solution pour éviter tous les problèmes, ce n’est pourtant pas la meilleure des réponses.

Dire non à des conséquences, mais NE PAS dire non *a* aussi des conséquences. Chaque fois que nous disons oui à quelque chose, nous disons en réalité non à autre chose. Pensez-y :

  • Lorsque vous dites oui à quelque chose que vous n’appréciez pas, vous dites non aux choses que vous aimez.
  • Lorsque vous dites oui à un emploi que vous n’aimez pas, vous dites non à vos rêves.
  • Lorsque vous dites oui à quelqu’un que vous n’aimez pas, vous dites non à une relation épanouie.
  • Lorsque vous dites oui pour des heures supplémentaires au travail, vous dites non à votre vie personnelle.
  • Lorsque vous dites oui à des tâches non-importantes et inutiles, vous dites non aux activités importantes et de valeur.

Je n’étais pas comme ça au début. La raison pour laquelle je suis aujourd’hui ici à vous écrire, c’est parce que j’ai dû dire non à beaucoup de choses tout au long de ma vie, à des choses qui n’encourageaient pas à croire en mes rêves :

J’ai dit non aux relations qui me tiraient vers le bas. J’aime et j’apprécie les gens qui me sont proches, peut-être même plus qu’ils ne l’imaginent. Mais si notre relation n’est plus saine, alors est peut-être temps à chacun de suivre son propre chemin et mener sa propre vie. Il n’y a aucune raison valable pour que l’un de nous deux retienne l’autre.

L’année dernière, nos chemins se sont séparés avec mon meilleur ami depuis plus de dix ans, et depuis ce temps, nous avons pu chacun progresser dans nos vies selon de toutes nouvelles perspectives.

J’ai dit non à beaucoup d’activités non-importantes. Si quelque chose n’a aucun but, alors à mon sens c’est une perte de temps et je n’y prends pas part. Je chéris énormément mon temps et je ne veux le dépenser que pour des choses que j’aime.

C’est ce que veut dire “vivre sa pleinement sa vie”, en maximisant chaque moment que nous avons pour faire des choses que nous aimons, et des choses qui sont importantes à nos yeux.

J’ai dit non à beaucoup d’opportunités de monétisation. Alors que beaucoup de blogs à visée mercantile essayent de traire l’argent de leurs abonnés, ce n’est pas vraiment ma priorité principale. J’ai déjà suffisamment connu ces fameuses listes de mails où les blogueurs ne cessent d’essayer de vous vendre tout et rien chaque semaine ou presque, et cela m’irritait plus qu’autre chose.

Je tiens à ce que mes lecteurs et mes abonnés puissent obtenir le meilleur contenu, gratuitement si possible. Je n’envoie uniquement des messages que je juge très pertinents. Cela signifie aussi que j’écris et je ne poste que le meilleur contenu possible ici, en promouvant des produits et des services que je soutiens à 110%.

Il y a énormément de choses auxquelles j’ai dit non dans ma vie et à quoi je continuerai à dire non régulièrement.

Si je n’avais pas dit non à toutes ces choses que j’ai cité plus haut, je n’aurais jamais eu le temps d’écrire ces centaines d’articles, d’aider mes clients, de toucher chaque jour des milliers de personnes dans le monde via ce blog et passer du temps avec ma familles et mes amis.

Tout cela me permet en bref de vivre la vie que j’aime aujourd’hui. Une vie que je n’échangerai pour rien au monde.

Réaliser vos rêves vous demandera de savoir dire non un bon nombre de fois. Non aux tâches non-importantes, non aux emplois qui ne vont satisfont pas, non aux requêtes outrageuses, non aux gens négatifs et dépressifs, non aux activités vampirisantes et à bien d’autres choses.

Repensez à la manière dont vous avez vécu la semaine dernière et revoyez toutes ces choses auxquelles vous avez dit oui : Avez-vous dit oui à un emploi qui ne vous satisfait pas ? Oui pour maintenir des relations qui ne vous plaisent pas ? Oui à des gens qui ne respectent pas votre temps ?

Oui à des gens qui ne vous apprécient pas ? Oui à des activités que vous détestez ? Parce que si vous l’avez fait, c’est que vous avez en réalité dit non à votre vie idéale. Est-ce vraiment ce que vous voulez ? Êtes-vous réellement honnête avec vous-même ?

L’importance d’apprendre à se respecter

dire-non-se-respecter

Vous savez, pour moi dire non est une forme de respect envers soi-même.

Avez-vous du respect envers vous-même ? Respectez-vous votre temps ? Parce que si vous vous respectez, vous respectez aussi votre temps. Vous êtes alors très consciencieux sur la manière dont vous le dépensez. Vous dites non à toutes ces choses qui n’adhèrent pas à vos principes et intérêts, parce que vous méritez bien plus que ça.

Vous direz non à tout ce que vous ne voulez pas, parce qu’à la place vous passerez du temps à faire ces choses que vous aimerez. Vous direz non à ces personnes qui n’apprécient pas ce que vous faites, parce qu’ils n’en valent pas la peine. Vous direz non à tous les gens qui vous prendrons pour acquis, car ce ne sont que des pertes de temps.

Beaucoup de gens disent oui à des choses qu’ils n’aiment pas parce qu’ils ne s’estiment pas à leur juste valeur. Ils pensent que les autres sont plus importants qu’eux. Ils croient que leur temps est dispensable, qu’ils ne valent pas grand-chose. Ils continuent de se mettre de côté en se sacrifiant corps et âme pour les autres. Ainsi, ils n’accordent aucune valeur à leurs rêves.

Ils imaginent leurs rêves et pensent : “Ce n’est qu’un rêve. Cela n’en vaut pas la peine. Il ne deviendra jamais réalité.” Puis ils le rangent à côté de toutes ces choses qu’ils ont désiré sans les accomplir, et retournent faire des choses qu’ils n’aiment pas, nuit et jour.

Si vous ne respectez même pas vos buts et vos rêves, qui les respectera ? Si vous ne pensez pas qu’ils sont importants, qui le fera ? Si vous ne dites pas non aux choses auxquelles vous ne croyez pas, qui dira non pour vous ? Quand allez-vous apprendre à dire non pour de vrai ?! Vous pourrez ainsi vraiment dire oui à vos rêves, et plus important, à vous même !

Comment dire non : 11 étapes pour dire non aux autres

Apprendre à dire non est un processus, cela ne se développe pas du jour au lendemain. La bonne nouvelle, c’est qu’il y aura un déclic dès que vous comprendrez l’importance de dire non et vous serez alors sur la bonne voie.

Nous allons donc découvrir les 11 étapes pour apprendre à dire non. Que ce soit pour dire non à votre patron, à un ami ou à un membre de votre famille, vous trouverez la force pour vous affirmer. Rappelez-vous qu’il n’y a rien de mal à dire non – et vous apprenez à le faire.

1. Ayez une vision claire du résultat

“Si vous ne savez pas où vous allez, aucun chemin ne vous y emmènera” – Lewis Carrol

Bien souvent nous ne disons pas non car nous croyons que n’avons pas une bonne raison de le faire. Pourtant, il existe un sentiment tenace en nous, celui qui nous dit que ne voulons pas faire cette tâche ou service. Ce sentiment lancinant est un bon départ. C’est un indice qu’il y a quelque chose que nous préférons faire, un scénario différent dont nous voudrions faire partie. Creusez plus profondément dans ce cas.

Pensez à votre vision idéale, là où vous aimeriez être. Puis demandez-vous qu’est-ce que vous imaginez pour vous-même à l’avenir, indépendamment de votre situation actuelle ? Si vous aviez le choix, comment voudriez-vous que les choses soient ? Car c’est ce que vous voulez vraiment.

Continuer mes études m’aurait empêché de réaliser mes rêves. Y rester 1, 3, 5 ans de plus m’aurait conduit à la même situation que si j’avais suivi ma passion 1, 3, 5 ans plus tard ; c’est-à-dire au point de départ. Ce n’est pas ce que je voulais. Mon objectif et ma passion sont les choses les plus précieuses pour moi dans ma vie, et avec du recul je ne voulais rien faire d’autre.

Passer mon temps à faire autre chose que ce que je voulais n’avait pas de sens. C’est pourquoi il m’a été si facile de prendre cette décision, parce que je savais déjà ce que cela aurait donné si j’avais continué à dire oui à mes études, puis à mon futur emploi.

Une fois que vous avez une idée claire de votre vision, il deviendra alors très facile pour vous de dire non, parce que vous aurez une bonne raison de le faire. Plus vous avez l’esprit clair et déterminé et plus il sera facile de dire non, parce que maintenant vous saurez exactement à quoi vous voulez dire oui.

2. Découvrez la tragédie qui se produit lorsque vous dites oui constamment

madame-oui

Il est facile de dire oui à toutes ces petites sollicitations du quotidien. Après tout, elles ont l’air simples à régler. Et puis aider les autres est gratifiant, il n’y a pas de mal à ça non ? Surtout que cela ne prend à peine 10-15 minutes, voire 20 minutes maximum n’est-ce pas ?

Le seul petit problème c’est que ces moments finissent par s’accumuler au fil du temps… jusqu’à remplir votre journée. Vous remarquerez que certaines personnes à l’agenda bien chargé ont encore du temps pour eux, leurs familles et leurs amis alors qu’ils occupent des postes à grandes responsabilités.

A l’inverse on retrouve d’autres personnes qui elles sont constamment débordées jour et nuit, incapable d’évoluer dans leur vie. Elles ne font que tourner sur elles-mêmes, la fameuse rat race (course de rat) ou encore le hamster qui tourne dans sa roue. Et vous savez pour quelle raison ? C’est parce qu’elles ne savent pas dire non.

Vous pouvez continuer à dire oui à toutes les sollicitations, demandes ou appels à l’aide, mais vous ne serez jamais capable de vivre la vie que vous voulez. Si chaque petite sollicitation peut vous pendre jusqu’à 15 minutes, quelques-unes peuvent facilement aspirer plusieurs heures.

Pensez en termes de mois et d’années, pensez à tous ce temps que vous laissez ainsi filer entre vos doigts. Est-ce que vous voulez que votre vie se résume à être ainsi : être un simple figurant, plutôt que le héros du film vivant la vie qu’il/elle veut ?

Chaque fois que vous recevez une requête, réfléchissez-y à deux fois avant de dire oui ou non. Qu’est-ce qui se passera si vous dites oui ? Quelles sont les implications à long terme ? Y a-t-il quelque chose à gagner ? Qu’allez-vous perdre si vous dites oui ? Êtes-vous vraiment obligé de dire oui ? Quelles croyances limitantes avez-vous, qui vous poussent à dire oui ?

Je suis persuadé que le temps est plus précieux que l’argent. Alors que vous pouvez toujours gagner plus d’argent, vous ne pourrez jamais récupérer votre temps. Une fois que vous avez perdu votre temps, il sera perdu à tout jamais.

Le moment présent ne peut pas être rattrapé. C’est pour cette raison que j’accorde beaucoup d’importance à mon temps : c’est mon bien le plus précieux et je suis très attentif à ma manière de le dépenser.

Je m’engage uniquement dans des activités qui correspondent à mes besoins, et dans tout ce que je fais ou les activités auxquelles je prends part, je m’y consacre à 100%. C’est ce que veut dire “vivre pleinement sa vie”, de maximiser chaque moment de mon existence.

3. Réalisez que dire non est acceptable

Dire non est acceptable. Nous continuons de penser que ça ne l’est pas, que l’autre se sentira malheureux, que nous deviendrions mauvais, que les gens se mettraient en colère, que nous serions impolis, etc. Bien que cela découle de bonnes intentions, il se trouve que la majorité de ces “peurs” sont imaginaires. Si la personne est ouverte d’esprit, il ou elle comprendra que vous disiez non.

Et si la personne ne comprend pas et se frustre, je ne suis pas sûr que dire oui est vraiment la solution. Après tout vous pourriez dire oui une fois, mais sachez que vous ne pourrez pas dire oui pour le restant de votre vie, juste pour apaiser une personne. Vous saviez d’ailleurs parfaitement dire non lorsque vous étiez encore enfant, vous vous en souvenez ?

Et puis à combien de gens comptez-vous dire oui… jusqu’à ce que vous ayez à dire non au final ? Dans ce cas, il vaut mieux lui dire non tout de suite, plutôt que de lui faire croire que vous êtes d’accord avec ce qu’il vous demande. Vous évitez ainsi de lui donner de faux espoirs.

J’ai vécu des situations par le passé où je m’inquiétais de dire non, parce que j’avais peur de décevoir la personne, ou qu’il/elle serait mécontent(e), et/ou de détruire notre relation. Pourtant, bien que cela m’ait demandé du temps pour trouver le courage de prononcer ce mot en 3 lettres, rien d’affreux n’est arrivé lorsque j’ai dit non.

Bien sûr j’étais mal à l’aise lorsque je l’ai enfin avoué, et bien sûr que cet autre personne a dû se sentir déçue, mais ce n’était jamais aussi catastrophique que je l’avais imaginé. D’ailleurs nous avons continué à rester en bons termes, et je dirais même que nous en sommes ressorti grandis car nous avons tous deux appris les limites de l’autre.

Je sais maintenant que je peux être honnête avec cette personne et lui dire non le prochaine fois. Et dire que je m’inquiétais gravement pour tant de choses qui ne sont même pas réalisées !

Dire non est acceptable et cela fait partie de notre vie. Les gens disent oui et non tout le temps, tous les jours dans ce monde. Vous n’êtes absolument pas la seule personne au monde à dire non à quelqu’un d’autre. Donc ne vous inquiétez pas. Être respectueux dans la manière de communiquer est plus important.

4. Communiquer votre désaccord par le moyen avec lequel vous êtes à l’aise

sms-appels-emailsChoisissez le moyen de communication avec lequel vous êtes le plus à l’aise, pour exprimer votre désaccord : face à face, en message instantané, mail, SMS, appel téléphonique et autres. Je pense qu’il n’y a pas de canal meilleur qu’un autre lorsqu’il s’agit de dire non. Personnellement, j’ai eu l’occasion d’utiliser plusieurs moyens selon le contexte et le niveau de relation avec la personne.

Les emails sont très bien parce que vous pouvez prendre le temps de rédiger votre message, puis l’envoyer sans avoir à vous en soucier, jusqu’à que vous receviez votre réponse. Le face à face a une touche plus personnelle, vous pouvez percevoir la réaction de la personne instantanément et répondre aux éventuelles questions de sa part pour clore le sujet dans la foulée.

La messagerie instantanée est un peu l’entre-deux. Cela vous permet de voir les réponses en temps réel, tandis que vous avez un bref moment pour préparer vos messages avant de les envoyer.

Utilisez ce qu’il y a de mieux pour vous. Et cela devrait être le moyen avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

5. Restez simple au possible

Restez simple. Faites savoir à la personne que vous ne pouvez pas, et expliquez brièvement pourquoi vous dites non. Quelques fois un simple “Non merci” ou “Désolé je n’en n’ai pas besoin pour l’instant”, voire “J’ai d’autres priorités et je ne peux travailler dessus pour le moment” feront très bien l’affaire.

Il n’y a surtout pas besoin de sur-expliquer tout simplement parce que ce n’est utile à personne, et pire cela peut conduire l’autre à essayer de vous remettre en question. Tout cela alors que vous souhaitez simplement communiquer un “Non, merci”. S’il y a certaines choses dont vous souhaitez discuter/négocier ouvertement, introduisez-les dans la discussion.

6. Soyez respectueux avec les autres

Beaucoup ne disent pas “non” parce qu’ils ont l’impression que c’est irrespectueux. Ce n’est pas la réalité. Ce qui importe ce n’est pas de dire non, c’est la manière et le moment où vous le dites.

Dire non avec respect implique plusieurs choses :

  • Exprimer votre désaccord au plus tôt par rapport à ce qui vous est demandé. Feindre de dire oui, pour poser un lapin le jour J ou bien inventer une excuse au dernier moment, voilà l’irrespect.
  • Exprimer clairement votre non. Dire non ce n’est pas lâcher un “peut-être” ou “on verra”. C’est affirmer votre position et désaccord. Cela ne veut pas dire de ne pas prendre des gants, mais il faut que le message soit bien passé. Et vous devez vous en assurer.
  • Non aujourd’hui ne veut pas dire non à jamais. Ce n’est pas parce que vous avez refusé aujourd’hui que vous avez fermé toute possibilité d’accomplir cette tâche dans le futur. Cela ne dépend que de vous pour remettre sur le tapis la proposition en question, personne ne vous en tiendra rigueur.

Pour bien communiquer vous pouvez également vous aider de la méthode Gordon, ce qui vous permettra d’éviter d’être submergé(e) tout en respectant la position de l’autre.

7. Proposez une alternative si vous le souhaitez

trouver-une-alternativeCe n’est pas obligatoire, mais si vous le souhaitez, vous pouvez proposer une alternative.

Si vous pensez que ce qu’on vous propose n’est pas correct, alors proposez à l’autre quelque chose de plus adapté. Si vous n’avez pas envie d’être engagé dans un projet mais que vous souhaitez tout de même avoir un rôle de consultation, alors incluez cela dans votre proposition.

Si au contraire vous pensez qu’il y a un problème, dans ce cas pointez-le du doigt pour aider à le résoudre. Attention, ne faites ces proposition que si vous le voulez et pouvez, mais ne vous sentez surtout pas obligé de le faire.

Je considère cela comme un acte de bonté, mais si je ne peux pas imaginer d’autres alternatives alors je ne le fais pas. Ne pensez pas que vous êtes responsable de la requête de cette personne. Sinon vous allez juste chercher à sur-compenser pour avoir été incapable de dire oui. Et je vous le rappelle, dire non n’est pas un problème (Point n°3).

8. Devenez moins accessible

Une situation à laquelle j’ai dû faire face en lançant ce blog est le grand volume de mails et de commentaires reçus. La majorité des messages étant ceux de personnes cherchant de l’aide et/ou des conseils.

Bien que j’aimerais y répondre autant que possible, c’est devenu un vrai problème lorsque le nombre de requêtes était devenu impossible humainement d’y répondre. En une journée, je recevais des sollicitations de divers endroits, de Facebook, Twitter, Email…

Pour moi je considère cela comme une grande responsabilité, tout d’abord parce que c’est un honneur qu’il y ait autant de gens qui me font confiance et m’ouvrent leur cœur, me parlant de leurs problèmes et me demandant conseil à moi, plutôt qu’à d’autres personnes dans leur vie.

En même temps, il m’est impossible d’aider tout le monde. Quand les emails ont commencé à être des longs pamphlets d’histoires personnelles, de profonds problèmes et d’appels à l’aide, lorsque les appels téléphoniques s’étendaient à 2-3 heures de discours d’encouragement.

Ou lorsque les personnes en question venaient me consulter pour des solutions et des réponses au quotidien, il est devenu évident qu’il y avait autre chose à faire. Je n’aurais jamais le temps sinon d’écrire des articles de qualité, d’écrire des ebooks, de développer mon activité. En bref, de gagner de l’argent pour vivre, de soutenir ma famille, d’aider les autres, ou même d’avoir une vie.

Ma solution est donc devenue de limiter les moyens d’être joignable. Sur Twitter, je ne suis qu’un petit groupe de personnes (et même ainsi je suis/ne suis plus diverses personnes), donc je me fais pas déborder.

Sur Facebook j’utilise ma page Facebook plutôt que mon compte Facebook personnel, ainsi je n’ai pas de messagerie à vérifier (je n’ai pas Messenger de toute façon). Et surtout je redirige toutes les demandes vers la page de contact sur ce blog, qui continent une liste simple d’instructions sur ce qu’il y a à faire, selon la nature de votre requête.

Toutes ces mesures m’ont aidé à réduire considérablement le volume des demandes. Il me reste tout de même beaucoup de choses à faire pour réorganiser mes moyens de contact puisque je reçois toujours beaucoup de sollicitations ici et là, c’est donc un domaine à améliorer constamment.

Si vous faites face à une situation où trop de gens vous demandent de l’aide et que cela vous submerge : rendez-vous moins accessible. Ne répondez surtout pas immédiatement à toutes les sollicitations, parce que cela laisse sous-entendre que vous êtes toujours disponible pour aider.

Ce qui n’est pas vrai évidemment ! Vous avez envie de recevoir un appel téléphonique de 2 heures à 3h du matin ? Je ne pense pas.
A la place, mettez plus longtemps à répondre (autant que votre emploi du temps le permet). Soyez plus concis dans vos réponses, limitez votre disponibilité. De cette façon, les autres accorderont plus de valeur à votre temps.

9. Mettez tout à l’écrit d’abord

Cela m’aide beaucoup lorsque je ne sais pas comment dire non, lorsque je reçois une requête que je sens ambiguë. Écrivez tout ce que vous avez à l’esprit, incluant ce que vous voulez dire à la personne. Pendant que vous le faites, quelques fois vous pouvez découvrir des frustrations refoulées.

C’est très bien, continuez d’écrire. Bien que la manière de dire non ne soit pas très claire au début, la réponse commencera à se préciser d’elle-même arrivée à la moitié de votre message. Continuez d’écrire et vous serez bientôt fixé sur ce que vous voulez. Lorsque vous avez fini, relisez ce que vous avez écrit et éditez tout cela pour l’adapter à votre message final.

10. Temporisez votre réponse

Si vous n’êtes pas emballé par la requête, retarder votre réponse est une façon de montrer votre manque d’intérêt.

D’habitude j’archive mon mail où je dis “non”, j’y pense quelques semaines puis j’y réponds après ça. Ainsi l’autre saura que je ne suis pas très emballé, et ils ne persisteront pas à me répondre.

Si vous avez des relances entre temps, ignorez-les. Elles me confirment souvent que mon sentiment de non était justifié lorsque la personne se montre un peu trop insistante. Ce qui signifie qu’elle voit son intérêt avant le mien, et cela en dit long sur sa proposition/requête.

Bien sûr si la demande est réellement urgente (à bien vérifier), il peut être difficile de temporiser votre réponse. Dans ce cas, imaginez-vous faire la tâche en question. Si elle provoque en vous des sentiments négatifs, une baisse de motivation ou une envie de fuir alors refusez net.

11. Quelques fois, ne pas répondre est aussi une réponse

Dans un précédent article, j’ai mentionné que ne pas répondre aux mails était elle-même une sorte de réponse. C’est bien le cas.

En lançant ce blog, je reçois souvent des propositions d’autres entrepreneurs ou blogueurs qui souhaitent que j’évalue leurs produits ou services contre de l’argent, qui organisent des événements, ou souhaitent m’écrire des articles invités médiocres juste pour mettre leur site en avant.

Si j’essayais de leur répondre à tous, je n’aurais plus le temps de faire quoi que ce soit d’autre. Donc la majorité du temps je ne réponds uniquement qu’à ceux qui sont pertinents à mes yeux. Pour le reste, je ne réponds pas, ce qui est en soi une réponse.

Si une demande n’est pas importante pour vous et que vous êtes limité en temps, ne vous inquiétez pas. La vie continue pour tout le monde. Mais si la personne prend le temps d’écrire un message personnel et personnalisé (et pas le mail générique habituel), il serait sympa d’envoyer une courte note pour lui dire non. Et ainsi de ne pas laisser la personne attendre inutilement.

Bien sûr, si vous avez déjà dit non et que la personne persiste, dans ce cas ne pas y répondre est la meilleure chose à faire.

Mettez ce guide en favori

Rappelez-vous, dire non est important et c’est acceptable. Au lieu de se défiler en essayant de ne pas dire “non”, il vaut mieux apprendre à le faire. Cet article a pour vocation de vous réapprendre à dire non (car vous saviez déjà le faire). Mettez-le donc dans vos favoris pour vous y référer dans le futur !

Si vous avez trouvé cet article utile, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage :) !

NB : Retrouvez le manifeste de cette article, en cliquant sur l’image ci-dessous !

Manifeste-comment-dire-non

Print Friendly, PDF & Email

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté 4.8/5 pour 8 vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

Comment apprendre à dire non sans culpabiliser ?
The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Jeune hypnothérapeute passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel !

1 Commentaire

  1. Mahdj

    super article pour se remettre en question et enfin commencer à dire “NON”

Laisser un commentaire

Merci d'avoir choisi de laisser un commentaire, vos commentaires seront modérés conformément à notre charte de commentaire.

Votre commentaire peut ne pas être affiché immédiatement, il pourra alors être publié après validation par l'administrateur.