Comment gérer un conflit avec un ami ?

regler-un-conflit-entre-amis

“Lorsqu’un ami fait quelque chose de mal, n’oublie pas toutes les choses qu’il a fait de bien.” – Anonyme

Un conflit avec un ami ou un collègue au travail est toujours un moment compliqué à gérer. D’un côté, nos émotions du moment présent nous poussent à vouloir hausser le ton, faire entendre raison et dominer la conversation. Mais de l’autre, notre raison et nos souvenirs avec la personne nous poussent à vouloir faire des concessions et résoudre le conflit.

Et au milieu de tout cela, vous sentez une angoisse vous peser, votre confiance s’estomper, et vous commencer à lutter contre votre stress. Certaines personnes sont d’ailleurs devenues allergiques aux conflits et tentent de les éviter à tout prix ? Quitte à ce que cela leur coûte du temps, de l’énergie ou même de l’argent parfois.

Je ne pense pas qu’il soit judicieux de fuir à tous les coups le conflit en matière de communication. Mais qu’il faille plutôt connaitre les mécanismes et astuces qui vous permettront de le résoudre.

Décider de résoudre le conflit au plus vite

Les expressions qui traduisent le fait de laisser grandir un problème sont nombreuses : « ne laisse pas la situation s’envenimer », « ne laisse pas courir la situation » … Parfois, vous n’aurez pas de marge de manœuvre pour laisser le temps apaiser la situation. C’est notamment le cas dans le milieu professionnel. Vous ne pouvez pas décider de laisser 1 semaine à votre collègue pour faire le point sur la situation.

Dans ce cas, il faudra régler la situation et le conflit dans la journée. Cela ne vous empêche pas de prendre un moment pour y réfléchir seul. Je vous recommande également de prendre une pause pour appliquer la méthode bonus de cet article.

D’un autre côté, laisser le temps filer, peut aussi être critique. Cela s’applique plus lors de relations d’amitiés ou de couples que dans le milieu professionnel. Vous aurez peut-être tendance à créer de la distance avec la personne afin de l’oublier un certain temps afin d’apaiser les sentiments que vous ressentez.

Mais c’est au risque d’oublier définitivement la personne et de tourner complètement la page sans pouvoir revenir à la situation pré-conflit. Dans ce cas, le délai que je vous recommande au maximum de prendre est de 5 jours.

Se mettre à la place de l’autre

L’empathie est une qualité que nous devrions tous posséder. C’est la capacité que vous avez de vous mettre à la place d’une personne dans le but de mieux comprendre son point de vue. Avec cette attitude, vous serez en mesure de pouvoir trouver des solutions adaptées à votre interlocuteur, amis, ou collègue pour régler le conflit.

Parce que si vous ne faites pas cette action, vous tomberez dans un discours de sourd. Les deux parties ne regarderont que leurs propres intérêts et à ce petit jeu, parler à un mur donnera le même effet.

C’est également une compétence qui vous permettra de pouvoir influencer une personne avec qui vous êtes en conflit. En effet, vous allez pouvoir trouver les leviers qui vous permettront de quand même garder votre idée de base.

Le but étant de faire en sorte que la personne ne s’en rende pas compte et pense que l’idée vient d’elle-même, ou que ce que vous lui proposez est plus logique. Dans les deux cas, mettez-vous à sa place et cherchez des solutions qui pourraient lui convenir, tout en pensant à vos propres intérêts.

Savoir faire des compromis est utile

Dans la plupart des cas, les conflits avec des amis ou des collègues interviennent à cause d’une mauvaise communication et d’un point de friction. Typiquement, vous souhaitez faire quelque chose d’une certaine manière et votre ami vous propose une autre version. Mais vous n’êtes pas d’accord et lui faites comprendre vigoureusement et avec insistance.

Il n’apprécie pas votre comportement et ce braque à son tour. Finalement, cela donne suite à un discours de sourd. Et dans le pire des cas, les reproches d’événements du passé commencent à surgir et voler au sein de la communication.

Pour parer ce genre de situation, je vous recommande toujours de savoir faire des compromis sur vos idées. Rappelez-vous une chose, la perfection est loin d’être une qualité. Elle vous rongera beaucoup de temps, sur la préparation d’un projet, mais peut aussi vous contraindre à rester buter sur votre idée.

Pour vous donner mon exemple personnel, lorsque je travaille en groupe sur la réalisation d’un pitch (discours), j’accorde des compromis en permanence. Même si j’ai peut-être plus de connaissances et d’expérience que mes camarades sur le sujet de la prise de parole, le résultat final ne sera jamais 100% de mon idée.

Et même si ce que j’aurais pu proposer aurait été mieux, je préfère un bon esprit d’équipe et un travail moyen, plutôt qu’un super travail réalisé par une équipe déchirée.

Bonus : prendre ses décisions en dehors de toute émotion

Lorsque vous avez un choix à faire, je conseille dans la majeure partie des cas d’être dans un état émotionnel nul. Cela signifie que vous n’êtes ni en colère, ni sous l’emprise d’une joie intense. Les émotions sont des sentiments très puissants mais qui sont éphémères. Pourtant, votre décision, elle, durera dans le temps.

Vous ne pouvez donc pas vous faire influencer par quelque chose de temporel pour prendre une décision sur une longue durée. Cela serait comme dire que vous n’irez jamais en salle de sport, parce que à l’instant T, vous n’êtes pas motivés. Ou l’inverse, dire que vous irez tous les jours, juste parce qu’aujourd’hui, vous vous sentez en forme.

Vous comprenez donc facilement qu’il ne faut pas laisser votre niveau de motivation, de colère ou de joie, influencer des grandes décisions. Si vous avez un conflit à résoudre avec un ami, je vous recommande donc de laisser un peu de temps passer. Le temps qu’il faudra à vos émotions pour retrouver un niveau 0. Vous pensez peut-être que ce principe bonus est contradictoire au tout premier de l’article.

En fait, il faut résoudre la situation au plus vite, sans que vos émotions ne rentrent en jeu. Chez certaines personnes, leurs émotions mettront une journée ou une nuit pour revenir à stade neutre. Chez d’autres, il faudra peut-être attendre 3 jours ou même 1 semaine. Retenez qu’il faut faire les choses au plus vite, mais correctement !

Conclusion

Pour résumé, si vous êtes en conflit avec un ami, la première chose à faire est d’attendre que votre niveau émotionnel revienne à 0. Ensuite, vous chercherez à comprendre la situation d’après tous les points de vue des protagonistes. Enfin, vous agirez au plus vite pour résoudre le conflit en apprenant à faire des concessions qui pourront finalement se révéler positives.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage smile !

Cet article “Comment gérer un conflit avec un ami ?” est un article invité de William Moreau, du blog CharismeDeveloppement.

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté /5 pour vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

The following two tabs change content below.
William Moreau
Fondateur du blog CharismeDeveloppement et passionné de communication et de relations humaines. J’aide les personnes souhaitant devenir plus charismatiques et confiantes à l’oral.

Laisser un commentaire

Nous sommes heureux que vous ayez choisi de laisser un commentaire. Merci de garder à l'esprit que les commentaires sont modérés conformément à notre Police de commentaire. Votre adresse mail est requise mais ne sera pas publiée.

Votre commentaire ne sera pas affiché immédiatement, il sera publié après validation par l'administrateur.