Cône d’Apprentissage d’Edgar Dale

Cône-d-Apprentissage-Edgar-Dale
4.6
(13)

“Apprendre est un processus actif. Nous apprenons en faisant. Seules les connaissances appliquées restent dans votre esprit.” – Dale Carnegie

Voulez-vous apprendre plus vite que n’importe qui ? Retenir les informations clefs de chaque livre que vous lisez, chaque cours que vous suivez, ainsi que toutes les conversation auxquelles vous prenez part ?

Si vous voulez réellement apprendre plus, et plus rapidement que tout le monde, j’ai une astuce très simple et efficace pour vous :

Lorsque vous apprenez, au lieu de recevoir passivement l’information comme la majorité des gens, choisissez d’apprendre activement. C’est tout, oui.

Cela signifie, lorsque vous lisez un livre ou article, suivez un cours, une leçon, un séminaire, écoutez un podcast ou une conversation…

  1. Partagez, échangez et discutez du sujet avec les autres, à la fin d’un cours ou d’une conversation.
  2. Identifiez les points-clefs du contenu que vous recevez.
  3. Créez votre plan d’action dans lequel vous appliquerez ces points dans votre vie.
  4. Appliquez ces points, immédiatement.
  5. Passez de l’élève à l’enseignant. Partagez ce que vous avez appris avec d’autres personnes qui n’ont pas pris part à la leçon. Permettez-leur d’appliquer ces enseignements.

Quoi qu’il en soit, ne recevez pas l’information passivement sans rien en faire. Ne devenez pas un consommateur d’informations. Non seulement l’information ne sera pas retenue sur le long terme, mais en plus vous ne vous en souviendrez pas 5 minutes après l’avoir lu ou entendu. En réalité, c’est presque comme si vous n’aviez rien lu ou entendu !

Mon expérience de l’apprentissage

Du temps où j’étais encore au lycée, j’arrivais à avoir des bonnes notes assez facilement.

Pour être honnête, je n’étudiais pas autant que certains le croyaient. J’apprenais à peine mes cours lorsque je rentrais chez moi. Je passais la plupart de mon temps à jouer aux jeux vidéo, et faire d’autres choses. Lorsque les examens arrivaient, je ne commençais à réviser qu’une ou deux semaines avant, voire juste les quelques jours précédant l’examen.

Qu’est-ce qui m’a alors permis de réussir ? Plusieurs facteurs, dont le fait d’avoir suivi un apprentissage actif.

Chaque fois que je suivais un cours, je m’assurais d’abord d’avoir lu la leçon précédente et fait mes devoirs s’il y en avait. De cette façon, je pouvais comprendre clairement le professeur et le programme du jour, au lieu d’essayer de suivre sur les manuels et autres imprimés fournis, en écoutant le cours d’une oreille distraite.

En classe, je participais activement en prenant des notes, en posant des questions. En partageant mes pensées et en répondant aux questions, à la fois dans les groupes (pour les projets de groupe) et durant le cours.

Grâce à mon approche active de l’apprentissage, j’ai retenu la majeure partie des informations que l’on m’enseignait. Parfois, cela frôlait même les 100%. Je me suis souvent retrouvé avec des révisions à la dernière minute, tout en ayant fini parmi les meilleurs aux examens. L’apprentissage actif suit clairement le principe des 80/20, c’est-à-dire une voie très efficace qui vous aide à atteindre de grands résultats avec un minimum d’efforts.

Le Cône d’Expérience (souvent appelé le Cône d’Apprentissage)

Je suis tombé plus tard sur le modèle d’apprentissage d’Edgar Dale, appelé le “Cône d’Expérience” (qui est souvent dénommé à tort le “Cône d’Apprentissage”). Edgar Dale était un éducateur américain d’une université dans l’Etat d’Ohio et avait une très bonne expérience de l’enseignement.

Avec son “Cône d’Expérience”, Dale a tenté d’illustrer les différents moyens par lesquels les gens retiennent des informations après avoir réalisé une activité, selon leur méthode d’apprentissage. Voyez ci-dessous :

apprendre

Voici la description de ce modèle sous forme de phrases :

  1. Lorsque vous n’apprenez qu’en lisant (comme lire un livre ou un article), vous ne retiendrez que 10% de ce que vous avez lu.
  2. Lorsque vous n’apprenez qu’en écoutant (comme écouter un podcast, une conférence ou une conversation), vous ne retiendrez que 20% de ce que vous avez entendu.
  3. Lorsque vous apprenez qu’en ne regardant des images ou visionnant des vidéos, vous ne retiendrez que 30% de ce que vous avez vu OU entendu.
  4. Lorsque vous apprenez en assistant à une présentation ou en regardant une démonstration, vous ne retiendrez que 50% de ce que vous avez vu ET entendu.
  5. Lorsque vous apprenez en participant à des ateliers (en partageant ce que vous savez et en étant actif dans la discussion) ou en mettant en forme par écrit le cours (vous pourrez réexpliquer ce que vous avez appris à des gens qui n’y connaissent rien), vous retiendrez 70% de ce que vous avez écrit/dit.
  6. Lorsque vous apprenez en simulant une leçon ou en faisant une présentation (où vous passez alors d’élève à enseignant), vous vous rappellerez de 90% de ce que vous faites.

Bien que ce modèle ait été critiqué, car certains éléments n’étaient pas dans le modèle original de Dale et furent ajoutés après sa mort, il y a un fait qui reste indiscutable. Apprendre par des moyens actifs c’est-à-dire partager / discuter / échanger / appliquer, permet à n’importe qui de retenir plus d’informations et d’avoir une meilleure compréhension du sujet qu’un apprentissage passif c’est-à-dire lire, regarder, ou écouter sans essayer d’assimiler l’information.

Apprendre mieux en participant activement

Pour cette même raison, j’encourage les personnes que je rencontre à participer activement : “Parlez-moi de ce que vous avez découvert“, “Dites-moi ce que vous en pensez“, ou encore “N’hésitez pas à poser des questions !“.

D’ailleurs les personnes les plus actives et qui participent le plus, sont souvent celles qui réussissent le mieux dans leur domaine, en obtenant les meilleures résultats. Pour autant, elles ne passent pas plus de temps à apprendre que les autres. Voici ce qui se passe dans un cours classique :

  1. Lorsqu’elles partagent activement leurs réponses avec tout le monde, elles prennent le temps de réfléchir plus profondément à leur sujet et le perçoivent ainsi sous un nouvel angle.
  2. Partager leurs réponses leur permet de recevoir un retour des autres, ce qui complète leur connaissances sur le sujet. Des zones d’ombre se disparaissent et de nouvelles possibilités d’apprendre apparaissent.
  3. Partager leurs réponses leur apporte aussi un retour de l’enseignant. Celui qui a créé le cours et les exercices leur permet ainsi de savoir si elles sont sur la bonne voie. Elles peuvent alors maximiser leur apprentissage tout au long du cours.
  4. Comme tout cours est une combinaison de théories et d’échanges, lorsque les gens partagent, ils s’approrient une partie du cours. Ils entrent au centre de l’attention du professeur qui les aide à développer leurs réponses. Les autres participants les prennent aussi pour exemple. C’est d’autant plus vrai dans les petits groupes que pour les grands séminaires.

Si nous parlons de tout cela au-delà des cours uniquement, vous verrez que les mêmes choses s’appliquent partout.

  • Les employés les plus enclins à poser des questions et engagés dans les réunions, sont ceux qui sont les plus productifs au sein de l’entreprise.
  • Les personnes qui partagent leurs buts de vie avec les autres, tiennent un journal et font des tableaux, ou listent leurs objectifs, auront bien plus de chances de les mener à bien. Cela sans compter les encouragements et les retours utiles qu’elles recevront des autres.
  • Les lecteurs qui commentent le plus, en partageant leurs pensées et expériences sur le sujet, tirent bénéfice de ce partage parce qu’ils apprennent à partager leurs réflexions avec un public. Ils développent leurs pensées et les clarifient, et parfois reçoivent des avis utiles d’autres lecteurs.

Voici une question importante à vous poser : Lorsque vous lisez un article, suivez un cours, écoutez un podcast, ou participez à une conversation, êtes-vous un receveur passif ou bien un apprenant actif ?

La majorité des gens sont des receveurs passifs. Ils sont là, telles des oies que l’on gave. Par timidité, peur ou paresse, ces personnes restent inactives, ce qui se reflète bien dans leurs vie. Car elles ne parviennent pas à intégrer activement la richesse des connaissances qu’elles ont reçues dans leur vie. Très, très peu de personnes (probablement moins de 0,1%) peuvent prétendre être des apprenants actifs.

La Méthode de Feynman

Methode-Feynman

Le physicien et prix Nobel Richard Feynman avait pour habitude de synthétiser avec brio les concepts physiques les plus difficiles, en permettant ainsi au grand public de comprendre ses théories. Grand pédagogue, sa méthode pour apprendre et restituer les informations de façon claire est essentielle pour acquérir de nouvelles connaissances, réviser ce que vous avez déjà appris ou partager aux autres votre savoir. Cette méthode passe par 4 étapes :

1] Identifiez le sujet que vous voulez retenir

Il y a une différence entre le fait de connaître le nom d’un sujet et comprendre réellement le sujet en question. Feynman avait pour habitude d’emporter avec lui un carnet nommé “Carnet de toutes les choses que je ne connais pas”. Commencez par écrire tout ce que vous savez du sujet que vous voulez retenir. Chaque fois que vous découvrez de nouvelles informations à ce propos, rajoutez-les à vos notes.

2] Développez le sujet comme si vous l’expliquiez à un enfant

Reprenez tout ce que vous avez noté précédemment et développez vos notes comme si vous l’expliquiez à un enfant de 12 ans. Éliminez le jargon et adaptez le vocabulaire jusqu’à ce que tout soit parfaitement compréhensible par un novice. Pourquoi cela ? Parce que nous nous cachons souvent derrière un jargon pour masquer notre manque de compréhension d’un sujet particulier.

En utilisant un langage simple, vous vous forcez à comprendre le sujet plus profondément et à consolider les liens entre ce que vous savez déjà.

3] Identifiez vos lacunes sur le sujet

Dans l’étape précédente, vous avez sûrement remarqué qu’il y a des choses que vous n’avez pas vraiment comprises. C’est tout à fait normal, il est simplement temps de retourner lire les ouvrages, cours et contenus d’origine pour combler vos lacunes sur le sujet. Ensuite, notez à nouveau ce que vous avez compris en des termes simples. Comme un enfant, ne cessez pas de vous poser la question “Pourquoi ?” jusqu’à ce que vous ayez compris le sujet en détail.

Bien sûr, vous aurez probablement besoin de faire un certain nombre d’aller-retours entre vos notes et vos cours, jusqu’à ce que toutes les zones d’ombre soient levées. À ce moment-là, vous aurez alors une idée claire des limites de votre savoir sur le sujet, cela vous permettra ainsi d’éviter de faire des erreurs et d’appliquer avec succès vos connaissances apprises.

4] Simplifiez et réorganisez vos connaissances du sujet

À présent, il est temps de résumer ce que vous avez appris. L’objectif ici est de condenser l’essentiel de vos notes, d’éliminer le superflu, puis d’en tirer une explication simple et concise. Lisez votre explication à haute voix et imaginez que vous donniez cours à des étudiants assez dissipés. Si l’explication n’est pas assez simple ou que vous bafouillez c’est qu’il y a encore des choses à retravailler. Tirez partie du mind-mapping, des schémas ou des dessins pour simplifier un peu plus votre processus de pensée.

Réservez-vous un classeur dans lequel vous rangerez vos résumés construits avec cette méthode. Vous pourrez alors retrouver dedans toutes vos connaissances sur différents sujets. Parcourez-le plusieurs fois par an et vous serez alors surpris(e) de découvrir tout ce que vous avez pu retenir grâce à la méthode de Feynman. Pour être sûr d’avoir bien compris le sujet, essayez donc d’expliquer le sujet à un véritable enfant de 12 ans ou bien de lui faire lire vos notes.

La méthode de Feynman est très utile pour apprendre, mais également pour développer votre créativité. Elle vous pousse à disséquer le sujet jusqu’à en comprendre les éléments de base qui le compose, en partant de zéro. Lorsque vous discutez avec n’importe qui d’un sujet qui vous échappe, n’hésitez pas à demander à votre interlocuteur de vous l’expliquer comme si vous aviez 12 ans. Cela l’aidera à développer sa compréhension du sujet, tout en vous transmettant les informations qui vous manquent de manière claire.

Le mot de la fin

Avez-vous limité inconsciemment votre capacité à apprendre ? Comment pouvez-vous devenir plus actif dans votre apprentissage, en utilisant le Cône de Dale et/ou la méthode Feynman ? Quel sujet avez-vous envie d’explorer en détail ?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage :) !

Print Friendly, PDF & Email

Vous avez apprécié l'article ? Notez-le !

Noté 4.6/5 pour 13 vote(s)

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas plu !

Cône d’Apprentissage d’Edgar Dale
The following two tabs change content below.
Adam Fartassi
Adam Fartassi
Jeune hypnothérapeute passionné de développement personnel, je vogue sur le web pour vous transmettre les meilleures méthodes pour changer de vie. Visez l'excellence, et renouez aujourd'hui avec votre fabuleux potentiel !

5 Commentaires

  1. Fanny

    Ravie de lire cet article clair sur le cone d apprentissage. C est en lisant Robert Kyosaski que je le découvre.
    Je ne l’ai pas appris. Je ferai de sa mon devoir de l apprendre à mes enfants aux parents d autres enfants, à d autres enfants. Je mettrai ce lien sur ma page Facebook Mère de dynastie maman sans frontière.
    Merci

  2. Fanny

    Ravie d avoir lu votre article intéressant. Moi je n ai pas eu connaissance de cette pyramide.
    Je transmettrai à mes enfants aux enfants et petits enfants.
    Merci
    FannyB

  3. Stef & Mag

    Adam,
    le modèle du cône d’experiences est encore plus criant de vérité je trouve en l’illustrant avec les enfants. Leur Apprendre à faire du vélo sans roulette par exemple…testez de leur lire un livre, de leur montrer, de leur expliquer…le meilleur apprentissage restera toujours l’expérience personnelle, le fait de se lancer, d’être pro-actif.
    Gardons se réflexe que nous avions enfant d’apprendre en passant à l’action et devenons un apprenant actif !

    1. MummyNet

      Merci pour ce partage très instructif !
      Quand j’étais étudiante, j’ai perdu énormément de temps et d’énergie sur certaines matières alors que pour d’autres, où j’aidais des camarades, c’était beaucoup plus facile. Maintenant, en tant que mummy j’aiderai aider mes enfants et les jeunes de mon entourage à mieux apprendre. A l’occasion, je mettrai un lien vers votre article sur mon blog MummyNet ;)

      Belle continuation :)

      1. Stef & Mag

        Merci MummyNet. Nous allons découvrir avec intérêt votre blog et prendre plaisir à partager avec vous.
        A bientôt

Laisser un commentaire

Merci d'avoir choisi de laisser un commentaire, vos commentaires seront modérés conformément à notre charte de commentaire.

Votre commentaire peut ne pas être affiché immédiatement, il pourra alors être publié après validation par l'administrateur.